Pierre Schoendoerffer

0 fan de ce réalisateur

Infos

Pierre Schœndœrffer, né le 5 mai 1928 à Chamalières (Puy-de-Dôme) et mort le 14 mars 2012 à Clamart (Hauts-de-Seine), est un romancier, réalisateur, scénariste et documentariste français.
Lauréat de l'Académie française, primé par un Oscar, il était membre de l'Académie des beaux-arts depuis 1988.
Pierre Schœndœrffer naît à Chamalières dans une famille alsacienne protestante. Pensionnaire au lycée technique d'Annecy pendant la guerre, il lit Fortune carrée de Joseph Kessel, ce qui lui redonne courage en lui indiquant le chemin de « la vraie vie ». Tout à son rêve de devenir marin, lui qui n'a jamais vu la mer, il embarque sur un chalutier à voile à 17 ans.
Voulant être cinéaste, mais sans relations dans ce milieu, il s'engage au service cinématographique de l'armée. Il part en Indochine, pays qui le fascine et dont il étudie la civilisation. Demandant à remplacer un de ses camarades qui a été tué, il filme les horreurs et la misère des combats. À Diên Biên Phu, il est caporal-chef, à 26 ans.
Quand il est fait prisonnier, le 7 mai 1954, à l'issue de la prise de la cuvette, le cinéaste soviétique Roman Karmen — qui reconstitue la bataille pour la propagande de l'URSS — lui épargne le pire. Le Việt Minh lui confisque toutes les pellicules qu'il a filmées du conflit. Son orientation vers le documentaire est un corollaire de cette privation. Après trois mois de captivité, il est libéré. Bien des années après, il dira : « Prisonnier, je suis allé au fond de la nature humaine: Les trois quarts de mes camarades sont morts. Je suis un survivant, donc un débiteur. » Cette expérience le marquera durablement.
Il reste un temps au Viêt Nam en tant que photographe pour le magazine Life.
De retour en France, il connaît la déception des anciens combattants de toutes les époques et l'opprobre de la part des communistes et des gens de gauche qui lui reprochent son engagement dans l'armée française[réf. nécessaire].
Au Maroc et pendant la guerre d'Algérie, il est journaliste.
En 1958 et 1959, il réalise ses premiers longs métrages : La Passe du diable, sur un scénario de Joseph Kessel, film sur l'Afghanistan, Ramuntcho et Pêcheur d'Islande (adaptations des romans éponymes de Pierre Loti). En tant que Grand reporter pour Paris-Match, il a l'occasion de voyager partout dans le monde.
En 1963, il rédige La 317e Section qui devient en 1964, un film de fiction, quasi documentaire sur la guerre d'Indochine et obtient le prix du scénario à Cannes.
En 1967, il réalise au Viêt Nam avec Dominique Merlin un film documentaire avec l'armée américaine, La Section Anderson, auquel est décerné un Oscar et de nombreuses distinctions internationales.
Son roman L'Adieu au roi obtient le prix Interallié, dont il rejoindra le jury quelques années plus tard. Le réalisateur américain John Milius le portera à l'écran avec Nick Nolte après s'en être inspiré pour écrire le scénario d'Apocalypse Now.
Pierre Schœndœrffer écrit, en 1976, un roman, Le Crabe-tambour, qui obtient le grand prix du roman de l'Académie française. Il l'adapte pour le cinéma. Pour réaliser le film, il tourne pendant sept semaines sur un navire de guerre, l'escorteur d'escadre Jauréguiberry, pendant l'hiver dans l'Atlantique nord. Sorti en novembre 1977, le film reçoit trois Césars en 1978.
En 1992, il réalise son film le plus ambitieux, Diên Biên Phu, tourné au Viêt Nam.
En 2007, il se rend en Afghanistan, un demi-siècle après avoir découvert le pays aux côtés de Joseph Kessel, invité par le 1er régiment de chasseurs parachutistes (1er RCP), dont il est soldat de 1re classe d'honneur.
Pierre Schœndœrffer meurt le 14 mars 2012 à l’hôpital militaire Percy de Clamart, où il avait été transféré quelques jours auparavant à la suite d’une opération chirurgicale. Le 19 mars, jour anniversaire de son parachutage à Diên Biên Phu, ses obsèques sont célébrées en la cathédrale Saint-Louis-des-Invalides à Paris, suivis d’un hommage national dans la cour d’honneur des Invalides en présence du Premier ministre François Fillon et du ministre de la Culture et de la Communication Frédéric Mitterrand.
Pierre Schœndœrffer est le petit-fils de l'architecte Paul Friesé (1851 - mort pour la France en 1917), vétéran de la guerre franco-prusienne de 1870 ; celui-ci s'engage dans l'armée française au début de la Première Guerre mondiale, à l'âge de 63 ans, avec le grade de capitaine. Il meurt durant la seconde bataille de l'Aisne sur le chemin des Dames.
Il est l'oncle (par alliance) de Patrick Chauvel, comédien, reporter-photographe de guerre et réalisateur de documentaires français. Son père était le directeur de l'hôpital d'Annecy ; il meurt peu après la bataille de France, en 1940, où il a été blessé.
Pierre Schœndœrffer était marié à la journaliste de France-Soir Patricia Schœndœrffer (fille de JeanChauvel et sœur de Jean-François Chauvel, reporter à l'AFP) qu'il a rencontrée au Maroc (protectorat franco-espagnol à l'époque).
Il est le père de :
De nombreux prix littéraires, cinématographiques et audiovisuels ont couronné son œuvre au fil des années, et notamment :

0
fan

Pêcheur d'Islande

de Pierre Schoendoerffer

Donnez votre avis

Sortie
prochainement

Affiche du film Pêcheur d'Islande

Là-haut, un roi au-dessus des nuages

de Pierre Schoendoerffer

Donnez votre avis

Affiche du film Là-haut, un roi au-dessus des nuages

Diên Biên Phu

de Pierre Schoendoerffer

Donnez votre avis

Affiche du film Diên Biên Phu

L'Honneur d'un capitaine

de Pierre Schoendoerffer

Donnez votre avis

Affiche du film L'Honneur d'un capitaine

Le Crabe-tambour

de Pierre Schoendoerffer

1 personne aime ce film

Affiche du film Le Crabe-tambour

La section Anderson

de Pierre Schoendoerffer

Donnez votre avis

Affiche du film La section Anderson

Objectif : 500 millions

de Pierre Schoendoerffer

Donnez votre avis

Affiche du film Objectif : 500 millions

La 317ème section

de Pierre Schoendoerffer

Donnez votre avis

Affiche du film La 317ème section