Nuri Bilge Ceylan

Acteur et réalisateur de 60 ans (26 janvier 1959)

Biographie

Nuri Bilge Ceylan, né en 1959 à İstanbul, est un réalisateur turc de cinéma.
Il est diplômé de l'université du Bosphore en ingénierie électrique et a ensuite poursuivi des études de cinéma à l'université Mimar Sinan.
Son film Uzak (Lointain en français) a obtenu le Grand Prix du jury et un double Prix d'interprétation masculine au Festival de Cannes 2003. Les Trois Singes lui a ensuite valu le Prix de la mise en scène en 2008 et Once Upon a Time in Anatolia lui a apporté un nouveau Grand Prix cannois en 2011. Ceylan est souvent considéré comme la figure de proue du cinéma turc : Les Cahiers du cinéma le présentent comme le réalisateur le plus représentatif et le plus connu de son pays.
Son œuvre décrit par petites touches impressionnistes la difficulté de vivre pleinement sa vie dans les sociétés modernes à travers la peinture des relations sociales : la famille, l'amitié et bien sûr le couple, ce qui fait qu'on le compare parfois à Michelangelo Antonioni, voire à Ingmar Bergman (dans un registre toutefois beaucoup plus méditerranéen). Il affirme également puiser son inspiration dans l'œuvre théâtrale d'Anton Tchekhov et d'Henrik Ibsen. Le critique Jean-Michel Frodon souligne également sa capacité « à se déplacer à travers [son] pays pour en restituer, sans aucun folklore, les multiples facettes ». Réalisateur-acteur, mais également monteur et chef opérateur de la plupart de ses films, Nuri Bilge Ceylan cultive une forme très personnelle d'autofiction cinématographique qui le rapproche également d'auteurs tels que Woody Allen et Nanni Moretti.
C'est la notion de durée qui peut rebuter le spectateur dans les films de Ceylan puisque ceux-ci privilégient les temps de latence, les moments de vide et d'attente, ainsi que la réduction des dialogues à leur strict minimum. Le cinéaste filme au plus près la souffrance muette et indicible de ses personnages dans une esthétique contemplative et mélancolique.
L'art est un voyage sans fin .
(Petite ville / The Small Town)
Le film dépeind la vie commune de trois générations d'une large famille dans une petite ville turque à travers les yeux des enfants.
La première partie se déroule dans une école primaire où la fille de la famille est élève. Cette partie montre l'environnement dans lequel elle évolue et ses difficultés. Elle fait face avec son sentiment de honte et quelques indices impitoyable de la vie.
La deuxième partie est au printemps. Nous voyons la fille avec son frère, qui est de quatre ans son cadet. Ils parcourent le champ de maïs où leur famille les attendent. Comme ils passent à travers la campagne, ils rencontrent les mystères de la nature et la faune.
Dans la troisième partie nous assistons au témoignage du frère et de la sœur sur la complexité et l'obscurité du monde des adultes. Quand ils arrivent à la tombée de la nuit sur champ de maïs, ils allument avec un feu et tout le monde se rassemblent autour du feu et commencent à parler.
Le grand-père raconte ses expériences pendant la Première Guerre mondiale, comment il fut fait prisonnier par les Britanniques et envoyé en Inde, comment il a survécu des années de faim et de privation.
Le père croit dans la pensée et la science analytique. Il est la seule personne instruite dans le quartier. Il a dû lutter pour avoir une éducation, et il a étudié pendant quelques années dans à l'extérieur. Il est un admirateur d'Alexandre le Grand.
Le cousin de Saffet a fait ses années de service militaire plus tôt, mais n'a toujours pas trouvé son propre chemin dans la vie. Il n'a pas de travail et il pense que la vie est vide et dénué de sens. Pour lui, cette ville est la prison même. Il représente la Nihilime dans l'histoire.
La mère et la grand-mère sont laborieux et ont le sens commun typique des femmes anatoliennes. Elles représentent la réservation et l'engagement.
Les enfants à moitié éveillés observent les conflits et les contradictions du monde des adultes.
La quatrième partie se déroule à la maison. C'est une séquence tranquille entre la réalité et le rêve, qui évolue sur le thème de la nature et la cruauté des enfants. Avec le temps sous l'influence des autres, les enfants commencent à ressentir de la compassion, la pitié, la bonté, le pardon et d'autres émotions.
Dans le village, ce mois de mai semble être plus chaud et plus sombre que les années précédentes. Pourtant, tout le monde semble être heureux en dépit de leurs petits soucis. Ce bonheur est un peu troublé par l'arrivée de Muzaffer qui a pris la décision de tourner un film dans le village où il a passé son enfance.
"Nuages ​​de mai" raconte l'histoire de Muzaffer, qui retourne à sa ville natale pour faire un film. Son père, Emin, est décidé à sauver la petite forêt. Son neveu de 9 ans, Ali, veut une montre musicale. Il doit porter un œuf dans sa poche pendant 40 jours sans le casser, selon les termes d'une entente conclue avec sa tante, qui a promis en retour de convaincre le père d'Ali d'acheter cette montre. Son cousin, Saffet, est un citadin malchanceux qui rêve d'aller à Istanbul.
Un photographe, écartelé entre sa vie actuelle et ses idéaux, est contraint d'héberger un jeune parent qui a laissé derrière lui son village pour tenter sa chance à Istanbul et trouver un emploi à bord d'un navire.
D'un certain point de vue, Uzak n'est rien d'autre que le récit de cette cohabitation forcée, ou plus exactement sa mise en scène, soit sa traduction selon ces trois axes privilégiés que sont l'espace, la parole et le temps. Qu'il s'agisse de la caractérisation de personnages, qui ne partagent rien en dépit de leur proximité, ou des changements de cadres, qui alternent les scènes confinées dans l'appartement douillet de Mahmut et l'infinie perspective d'une ville maritime tapissée de neige, cette mise en scène est tout entière dominée par la dialectique du proche et du lointain.
Son film, Les Climats, est une variation toute en nuances sur le temps qui passe et la fuite du bonheur, qui commence sous le soleil brûlant de la côte méditerranéenne pour s'achever sous la neige, dans l'Est du pays, en passant par l'automne dans une Istanbul maussade et pluvieuse. On y retrouve tous les thèmes chers au réalisateur.
Une famille disloquée se bat contre les mensonges extravagants et cherche les chances de rester soudée en couvrant la vérité ... Afin d'éviter des difficultés et des responsabilités qui seraient autrement impossible à supporter, la famille choisit d'ignorer la vérité.
Une grande partie du film tourne autour des soupçons et des inquiétudes du père et du fils. Comme dans ses films précédents, Nuri Bilge Ceylan réalise une longue et difficile recherche dans les mystères et les contradictions auto-destructrice du cœur humain.
Lors de la réception de son Prix de la mise en scène cannois en 2008, il dédie sa récompense « à son beau et incompris pays qu'il aime avec passion ». Nuri Bilge Ceylan fut membre du jury du Festival de Cannes en 2009, sous la présidence d'Isabelle Huppert.

5
abonnés

Sortie prochainement

Kusturica Balkan's Bad Boy

de Georgi Toshev

Film Kusturica Balkan's Bad Boy

Les Climats

de Nuri Bilge Ceylan

1
Film Les Climats

Le Poirier Sauvage

de Nuri Bilge Ceylan

4.0
Film Le Poirier Sauvage

Winter Sleep

de Nuri Bilge Ceylan

4.0
Film Winter Sleep

Il était une fois en Anatolie

de Nuri Bilge Ceylan

3.7
Film Il était une fois en Anatolie

Les Trois Singes

de Nuri Bilge Ceylan

2
Film Les Trois Singes

Les Climats

de Nuri Bilge Ceylan

1
Film Les Climats

Uzak

de Nuri Bilge Ceylan

3
Film Uzak

Mayıs Sıkıntısı

de Nuri Bilge Ceylan

Film Mayıs Sıkıntısı

La Petite Ville

de Nuri Bilge Ceylan

Film La Petite Ville