Marlene Dietrich

Actrice née le 27 décembre 1901 (décédée à 90 ans)

Biographie

Marlène Dietrich (en allemand et en anglais : Marlene Dietrich), née Marie Magdalene Dietrich, est une actrice et chanteuse, née le 27 décembre 1901 à Berlin-Schöneberg, en Allemagne, naturalisée américaine à 36 ans, et décédée le 6 mai 1992 à Paris en France. Elle fut un temps la muse du cinéaste Josef von Sternberg.
Marie Magdalene Dietrich est née le 27 décembre 1901 à Berlin-Schöneberg, dans la Leberstraße (autrefois Sedanstraße). Elle est la fille cadette de Louis Erich Otto Dietrich, officier prussien, et de Wilhelmina Elisabeth Joséphine, née Felsing. Sa sœur aînée Elisabeth est née en 1900. Elle perd son père, en 1908, lorsqu'elle a 7 ans. Marlene est la contraction de Marie Magdalene.
Sa mère se remarie avec Eduard von Losch, officier de cavalerie, qui adopte Elisabeth et Marlene. Marlene cultive ses dons pour la musique et le chant, mais doit toutefois abandonner le violon à la suite d'une blessure du poignet. Elle jouera plus tard de la scie musicale. Son beau-père est tué à son tour pendant la Première Guerre mondiale, en 1916. De 1919 à 1921 elle poursuit ses études comme interne à Weimar.
Elle prend ses premiers cours de théâtre auprès de Max Reinhardt en 1921. En 1922, elle joue ses premiers petits rôles au théâtre, notamment au Großes Schauspielhaus, et joue dans des revues, comme celle du Kurfürstendamm de Berlin, aux côtés de la vedette française Margo Lion. Elle obtient aussi des rôles mineurs au cinéma. Son premier rôle crédité est Lucy dans Tragédie de l'amour de Joe May. Elle se marie le 17 mai 1923 avec Rudolf Sieber et donne naissance à sa fille Maria Élisabeth Sieber, le 13 décembre 1924. Elle n'aura pas d'autres enfants, vivra peu avec son mari, et ne se remariera jamais (bien qu'un mariage avec Jean Gabin semble avoir été, plus tard, sérieusement envisagé - cf plus bas).
Marlène Dietrich enregistre à la fin des années 1920 ses premières chansons, notamment Es liegt in der Luft (1928).
En 1929, elle tourne son premier rôle important dans L'Énigme. Remarquée par Josef von Sternberg, celui-ci la recommande à la Paramount Pictures, dont le bureau berlinois cherche une actrice pour faire pièce au mythe de Greta Garbo, lancé par la Metro-Goldwyn-Mayer.
En 1930, elle devient célèbre avec le film L'Ange bleu de Josef von Sternberg et notamment la chanson « Ich bin von Kopf bis Fuß auf Liebe eingestellt » (« Je suis faite pour l'amour de la tête aux pieds »), reprise maintes fois. Tourné dans les studios de l’Ufa à Babelsberg, ce film, qui réunit Emil Jannings dans le rôle du professeur Immanuel Rath, et Marlène Dietrich dans celui de Lola Lola, est le premier film parlant du cinéma allemand. Il transforme cette actrice encore inconnue, aux cheveux platinés, en star au charisme à la fois ensorceleur et glacé. Le soir de la première le 1er avril 1930 au Gloria Palast, elle arbore un long manteau de fourrure blanc, serre une gerbe de roses dans les bras et porte sur sa robe, un bouquet de violettes épinglé... là où les femmes n'en mettent jamais. À 23 heures, Marlène prend le train à la gare de Lehrter vers le port de Bremerhaven, d'où elle s'embarque pour New York. Elle part en effet tourner Morocco (Cœurs brûlés) aux États-Unis, film qui lui vaut une présélection aux Oscars.
Résolument opposée au régime nazi, Marlène Dietrich sera longtemps très proche de son cinéaste-Pygmalion, Josef von Sternberg, qui est juif. Ses relations avec le pouvoir allemand devenant de plus en plus tendues, elle rompt peu à peu les liens qui l'attachent à l'Allemagne, et devient citoyenne des États-Unis le 6 mars 1937. En 1938 elle a une liaison avec l'écrivain pacifiste Erich Maria Remarque . La même année, séjournant avec lui au Cap d'Antibes, elle entame une liaison discrète avec Joseph Kennedy, ambassadeur des États-Unis à Londres, et favorable à la politique d'apaisement envers l'Allemagne nazie. C'est avec l'appui de Kennedy qu'elle s'installe aux États-Unis, et fait également profiter de ses faveurs[réf. nécessaire] le jeune John Fitzgerald Kennedy, qui deviendra président une vingtaine d’années plus tard. Elle héberge en Californie l'acteur Jean Gabin qui, mal vu par Vichy pour son image « Front populaire », tente sans grand succès une carrière américaine.
Antinazie fervente, elle s'engage dans l'armée américaine avec l'USO pendant 3 ans, et chante pour les troupes américaines et britanniques stationnées au Royaume-Uni, puis accompagne la 3e armée américaine du général Patton, en Italie, en France puis en Allemagne et en Tchécoslovaquie pendant la campagne de libération. À la libération de Paris, elle retrouve Jean Gabin qui a rejoint la 2e division blindée et qui participait à la campagne en tant que chef de char au 2e escadron du régiment blindé de fusiliers marins. À cette époque, le mariage fut apparemment sérieusement envisagé, Marlène étant éperdument amoureuse. Ils tournèrent un film ensemble, Martin Roumagnac (1946), après avoir refusé le scénario de Les Portes de la nuit de Marcel Carné.
Cependant, au lendemain de la guerre, sa carrière est au plus bas. Elle apparaît toutefois dans La Scandaleuse de Berlin (1948) de Billy Wilder, Le Grand Alibi (1950) de Hitchcock et L'Ange des maudits (1952) de Fritz Lang.
En décembre 1952, elle fait une apparition remarquée dans un gala au profit des enfants handicapés, vêtue de l'uniforme de Monsieur Loyal. Ce tremplin lui permet de monter son propre spectacle de cabaret à Las Vegas.
Elle entame une carrière de chanteuse reconnue sur les scènes du monde entier, accompagnée par l'arrangeur Burt Bacharach : l'Europe en 1960, puis Israël (où bien que cela y soit très mal vu elle chante en allemand, arguant que ses convictions antinazies sont bien connues, ce qui lui vaudra un succès). Puis c'est le continent américain, puis l'URSS en 1964. Son interprétation de la chanson Sag mir, wo die Blumen sind (Dis moi où sont les fleurs), composée par Pete Seeger et traduite en allemand par Max Colpet, fait d'elle une figure saillante de la dénonciation de la guerre froide. Elle enregistre plusieurs disques majeurs comme Dietrich in Rio (1959), Wiedersehen mit Marlene (1960) et Marlene Dietrich in London (1964). Son travail scénique est consacré par son succès à Broadway en 1967.
Elle retourne dans son pays d'origine, l'Allemagne, en 1960, mais reçoit un accueil mitigé. Elle est ainsi agressée à Wiesbaden par une jeune fille qui lui crache au visage. Elle affirme alors par voie de presse qu'elle ne reviendra plus dans son pays natal et que désormais « elle et les Allemands ne parlent plus la même langue ». En 1961, elle joue dans Jugement à Nuremberg.
Après une chute dans une fosse d'orchestre lors d'une tournée en Australie en 1975, Marlène Dietrich se retire définitivement de la scène. Elle vivra recluse jusqu'à son décès dans son appartement au 12 avenue Montaigne, à Paris, fréquentant peu de gens en dehors de ses amis, comme l'animateur de radio Louis Bozon et le comédien Sacha Briquet. Elle fera une dernière apparition au cinéma après 17 ans d'absence en 1978 dans le film C'est mon gigolo.
Elle meurt à Paris, le 6 mai 1992. La cérémonie a lieu à l'église de la Madeleine. Elle est ensuite enterrée non loin de sa mère dans le petit cimetière de Friedenau, Stubenrauchstraße à Berlin-Schöneberg.
À l'occasion du centenaire de sa naissance, le président de la République allemande Johannes Rau lui rend hommage le 28 décembre 2001 à Berlin. Or, cette cérémonie s'accompagne de révélations sur les causes de sa mort. Selon sa confidente et secrétaire Norma Bosquet, l'actrice se serait vraisemblablement suicidée dans son appartement de l'avenue Montaigne à Paris, qu'elle avait occupé les 12 dernières années de sa vie et où elle s'était éteinte en 1992 à l'âge de 90 ans. C'est elle qui aurait demandé à Norma Bosquet de lui fournir des somnifères le 6 mai 1992, jour de son décès.
Marlène Dietrich vivait cloîtrée dans son appartement depuis sa fracture du col du fémur en Australie. Elle refusait de se rendre dans un établissement (maison de retraite ou hôpital). D'après Norma Bosquet, c'est cette peur qui deux jours après avoir été victime d'une hémorragie cérébrale, l'aurait poussée à mettre un terme à sa vie.
Marlène Dietrich a toujours eu des rapports conflictuels avec son pays d'origine qu'elle avait quitté en 1930 pour faire carrière à Hollywood après le succès de L'Ange bleu de Josef von Sternberg. Farouchement opposée au nazisme, elle s'engagera contre Hitler aux côtés des alliés, acte que certains de ses compatriotes ne lui pardonneront jamais. Mais l'Ange bleu se sentait berlinoise et avait décidé de se faire inhumer dans la capitale allemande.
Sa fille et son unique enfant, devenue par son mariage Maria Riva, a écrit une biographie remarquée sur sa mère. En 1983, le réalisateur suisse Maximilian Schell lui avait consacré un documentaire primé au festival de Cannes, intitulé Marlene, dans lequel l'actrice revient sur sa vie sans pour autant apparaître en personne.
Berlin, après l'avoir pratiquement chassée, fit un "mea culpa" posthume en lui dédiant la place Marlene Dietrich dans le quartier moderne de la Potsdamer Platz, à proximité du Musée du Film de Berlin. De même à Paris, dans le 16e arrondissement, une petite place porte son nom.

6
abonnés

Le Grand Alibi

de Alfred Hitchcock

3
Film Le Grand Alibi

That's Entertainment! III

de Bud Friedgen

Film That's Entertainment! III

Die Macht der Bilder: Leni Riefenst...

de Ray Müller

Film Die Macht der Bilder: Leni Riefenstahl

Marlene

de Maximilian Schell

Film Marlene

Triumph Over Violence

de Mikhail Romm

Film Triumph Over Violence

Témoin à charge

de Billy Wilder

2
Film Témoin à charge

Le Tour du monde en quatre-vingts j...

de Michael Anderson

1
Film Le Tour du monde en quatre-vingts jours

The Monte Carlo Story

de Samuel A. Taylor

Film The Monte Carlo Story

L'Ange des maudits

de Fritz Lang

1
Film L'Ange des maudits

Le Voyage fantastique

de Henry Koster

Film Le Voyage fantastique

Jigsaw

de Fletcher Markle

Film Jigsaw

La Scandaleuse de Berlin

de Billy Wilder

2
Film La Scandaleuse de Berlin

Les anneaux d'or

de Mitchell Leisen

Film Les anneaux d'or

Manpower, l'entraîneuse fatale

de Raoul Walsh

1
Film Manpower, l'entraîneuse fatale

Martin Roumagnac

de Georges Lacombe

2
Film Martin Roumagnac

Kismet

de William Dieterle

Film Kismet

Follow the Boys

de A. Edward Sutherland

Film Follow the Boys

La Fièvre de l'or noir

de Lewis Seiler

Film La Fièvre de l'or noir

Madame veut un bébé

de Mitchell Leisen

Film Madame veut un bébé

Les Écumeurs

de Ray Enright

Film Les Écumeurs

La Belle Ensorceleuse

de René Clair

Film La Belle Ensorceleuse

La Maison des sept péchés

de Tay Garnett

Film La Maison des sept péchés

Le Chevalier sans armure

de Jacques Feyder

1
Film Le Chevalier sans armure

Le jardin d'Allah

de Richard Boleslawski

Film Le jardin d'Allah

Désir

de Frank Borzage

1
Film Désir

La Femme et le Pantin

de Josef von Sternberg

1
Film La Femme et le Pantin

L'Impératrice rouge

de Josef von Sternberg

2
Film L'Impératrice rouge

Le Cantique des cantiques

de Rouben Mamoulian

Film Le Cantique des cantiques

Blonde Vénus

de Josef von Sternberg

1
Film Blonde Vénus

Shanghai Express

de Josef von Sternberg

1
Film Shanghai Express

Cœurs brûlés

de Josef von Sternberg

1
Film Cœurs brûlés

Agent X27

de Josef von Sternberg

1
Film Agent X27

L'Ange bleu

de Josef von Sternberg

4
Film L'Ange bleu

The Ship of Lost Men

de Maurice Tourneur

Film The Ship of Lost Men

La femme que l'on désire

de Curtis Bernhardt

Film La femme que l'on désire

Café Elektric

de Gustav Ucicky

Film Café Elektric

Manon Lescaut

de Arthur Robison

Film Manon Lescaut