• NOTIFICATIONS
    L'ACTIVITÉ DE VOS AMIS
  • MES ABONNEMENTS
    PERSONNES QUE VOUS SUIVEZ
    INVITER DES AMIS

    Connectez-vous avec Facebook
    et retrouvez vos amis !

    Connexion avec Facebook
  • FILMS À VOIR

    26 personnes ont donné un avis sur ce film. Voir tout

    Titre original : The Space Between Us

    Genre : Fantastique

    Durée : 2h00

    Sortie : 10 mai 2017

    Réalisé par :

    Nationalité : Etats-unis

    Gardner a été élevé sur la planète Mars en secret, auprès d'une équipe de scientifiques, après la mort de sa mère astronaute. Devenu adolescent, il voyage avec une jeune femme à travers les Etats-Unis, en quête d'un père qu'il n'a jamais connu.

    Avis des utilisateurs (3)

    Ma photo de profil Vous devez donner votre avis
    pour écrire une critique.
    1. a été déçu
      1.5 Il y a 1 mois

      A force de voir un certain type de films, on finit par avoir des attentes. Et à force de voir un certain type de films on finit par en dégager les topiques. Si d'aventure on retombe dessus encore plusieurs fois, ça finit par devenir des stéréotypes, ce qui est - le plus souvent - assez agaçant.

      Je suis tombé par hasard sur le pitch de ce film et je l'ai trouvé, sinon original, du moins sympathique. The space between us promettait un petit moment de feel good cinématographique de bon aloi : une équipe se rend sur Mars pour y vivre mais leur cheffe, qui s'est avérée être enceinte, meurt en mettant au monde un garçon. Seize ans plus tard, il vit sur la colonie et entretien une correspondance avec une fille sur Terre. Quand la NASA le fait revenir sur Terre, il va tenter de retrouver sa dulcinée.

      C'est fleur bleue, mais pourquoi pas ? Il faut de tout pour faire un monde et un peu de romance optimiste de temps en temps ne peut faire que du bien. J'ai donc regardé le trailer et j'ai constaté que je ne devrais pas m'attendre à grand chose sinon un petit moment de divertissement agréable au moral. Eh bien j'ai réussi à être déçu.

      Cela dit, peut-être que vous pourrez l'apprécier. Je ne vais pas vous dire de l'éviter. Mais il faut savoir que votre sang-froid face aux clichés sera mis à rude épreuve. Le film n'est pas trop mal réalisé en soi, et les acteurs pas spécialement mauvais bien qu'un peu trop fonctionnels. Mais le film est totalement gâché par les poncifs du genre et son caractère prévisible que s'en est presque insupportable.

      Le héros est naïf au possible et d'une mièvrerie coulante à peine concevable. On pourrait penser : c'est vrai, il n'a pas grandit avec des humains, sauf que... Si, bordel ! Il a grandit avec des foutus humains. Mais, attention ! Le film nous souligne qu'il s'agissait de scientifiques. Ah, pardon, j'oubliais : les scientifiques n'ont pas d'interactions sociales ; surtout dans l'espace (c'est vrai, quoi, qui a besoin d'interactions sociales quand ils vit dans un milieu hostile et isolé pendant plusieurs années ? Peuh !).

      Cependant, pour aucune raison connue, une fois sur Terre, il n'a aucun mal à vivre avec les autres. Tel un Candide, il dit bonjour à tout le monde, n'hésite pas à s'afficher, comme s'il était parfaitement normal de se comporter publiquement de manière étrange. Je veux bien qu'on tente de faire passer un message sur le regard des autres et notre attitude vis-à-vis d'autrui mais, sans déconner, le faire d'une façon aussi peu subtile et - qui plus est - fausse, c'est d'un dissonant ! Le dialogue dans la voiture, à propos de l'expression des sentiments est si ridicule qu'il en est physiquement désagréable.

      Mais, pour ne pas rater les choses à moitié, Gardner (c'est le nom du personnage principal) s'émerveille parfois de trucs dont il ne devrait pas du tout s'émerveiller. Le feu, la pluie, la mer, je veux bien - même s'il manifeste à leur endroit un enthousiasme qui confine à la crétinerie - mais le voir halluciner devant un cheval ne fait aucun foutu sens. Personne ne lui a appris ce qu'était un cheval, sur Mars, alors que ça fait partie des animaux les plus connus par l'Homme et qu'il se gave manifestement de films et de données terriennes ? C'est complètement con !

      Quant au personnage secondaire, Tulsa - qui est le nom de la ville dans laquelle ses parents l'ont abandonnée, parce qu'après tout, on s'en fout, c'est juste un personnage féminin - elle est toute aussi clichée, pour ne pas dire plus. Orpheline débrouillarde et dur à cuire, elle ne se sent pas à sa place dans ce monde et vit chez un père adoptif alcoolique qui ne l'a prise que pour l'exploiter au travail et recevoir sa pension (à croire que les services sociaux des USA sont aussi nuls à chier qu'on le dit). Et, vous n'allez peut-être pas le croire, mais... Elle n'est pas populaire.

      Sérieux, les gars ? Vous avez casté Britt Robertson en motarde badass qui peut réparer et piloter des avions, vous avez littéralement conçu un personnage pour en faire une girlfriend post-apo idéale et vous tentez de nous faire croire derrière qu'elle n'est pas populaire ?

      A parce qu'attendez, il faut que je vous dise, c'est à en crever de rire : la scène où l'on tente de nous faire croire qu'elle est rejetée et moquée nous la montre dans la salle de musique de son lycée en train de faire du piano après les cours. Que va t-il se passer, me direz vous ? Eh bien après l'avoir vue jouer quelques secondes (juste assez pour nous faire comprendre qu'elle a une âme d'artiste sous sa carapace de mes couilles, hein, on va pas perdre de temps avec un personnage qu'on voit tout le temps dans le film, ça serait dommage) on aperçoit soudain des mecs qui se collent à la vitre à côté d'elle et se marrent en la regardant jouer. Elle fuit sur sa moto et eux lui cours après en riant.
      Ouah.
      C'est vrai que les gens qui font de la moto et savent jouer du piano sont tellement, tellement des gros loosers...

      Et le film est truffé de stéréotypes et de facilités d'écriture, parce que je ne vous ai parlé que de la mise en scène des personnages, hein. Je ne parle même pas des dialogues, qui sont une de ces souffrances ! Mais quelle foutue horreur que ces dialogues ! Vous voyez, ces moments, où vous sentez venir la phrase bien classique - genre, le gros poncif massif - et que vous vous dites " Nan, il va pas dire ça ? Pitié, dites moi qu'il va pas dire ça... " Eh bien il n'y a pas de ça dans ce film. Il y a bien pire. Il s'agit plutôt de ces moments où vous vous attendez effectivement à ça mais, où au moment de balancer la punchline pourrie type " Tu sais qu't'as des beaux yeux " ou " You fuck my wife ? ", le personnage arrive lancer quelque chose d'encore pire... Pitié, mais ces dialogues du cancer, mais sortez moi de là bon sang !

      Le deuxième truc qui tue le film, c'est son caractère prévisible. Et en parlant de dialogue, il y a quelque chose qui revient régulièrement et qui est vraiment sale : dans le cinéma, il y a souvent ces petites lignes de dialogues qui paraissent plus ou moins anodines la première fois qu'elle sont lancées, mais qui sont ressorties plus tard dans un contexte différent pour leur donner un autre sens, ou tout du moins pour ajouter une nuance au sens initial. C'est un truc facile et récurrent qui permet d'apporter une charge émotionnelle à la situation. Bref, ça mange pas de pain et son caractère plus ou moins inattendu génère un sentiment d'échos assez bienvenue qui met le spectateur dans la confidence d'une auto-référence, ce qui le fait embrasser plus facilement le film comme une oeuvre qui comporte une unité forte.
      Devinez ce qu'en a fait The space between us ?

      Du vomi. Une magnifique, flaque, de vomi. En lançant des punchlines de manière tellement artificielle que l'on se demande ce qu'elles ont à foutre à ce moment du film, juste pour pouvoir le ressortir plus tard. En fait, c'en est gênant. Très régulièrement, je me suis surpris à faire la grimace devant le film tellement je me sentais mal à l'aise face à des tentatives aussi flagrantes et appuyées de vouloir sonner juste quand ça sonnait parfaitement faux. La métaphore sur le son me permet d'ailleurs de vous préciser que l'émotion ressentie était exactement la même que celle que provoque le visionnage d'un lipdub.

      Cliché et prévisible ; les deux caractères essentiels et omniprésents du film. Et c'est vraiment dommage, parce qu'à tout moment, on ressent avec force ce qu'il aurait pu devenir s'il avait été traité avec un tout petit peu plus de subtilité. C'est d'autant plus grave que sa cible marketing est très visiblement les ado', et que d'avoir chié un tel produit de consommation mal fagoté dans une bonne idée me semble ce qu'il y a de plus malhonnête en termes de création. C'est de la prostitution pure et simple, mais bon... A quoi fallait-il s'attendre de la part du réalisateur de Hanna Montana le film ?

    2. a adoré
      5.0 Il y a 5 mois

      Très beau film je vous le conseil 👍🏾👏🏾😉

    3. SORTIE DU FILM
      10 mai 2017
    4. a aimé
      4.0 Il y a 6 mois

      Un moment de détente certain, une belle histoire tout simplement.

    Vous avez aimé ?

    Votre avis sur le film

    Comptez-vous le voir ?

    Un Monde entre nous

    Votre avis sur le film

    • J'ai adoré
    • J'ai bien rigolé
    • Je suis refait
    • J'ai halluciné
    • J'ai aimé
    • J'ai été bouleversé
    • J'ai passé un bon moment
    • J'en ai pris plein les yeux
    • Je n'ai pas aimé
    • J'ai moyennement aimé
    • J'ai été déçu
    • Je me suis endormi
    • Je me suis ennuyé
    • J'ai eu peur
    • J'ai pleuré
    • WTF
    • J'ai besoin d'un aspirine
    • Je n'ai rien compris
    • J'ai été choqué
    • J'ai vomi
    • J'ai détesté
    Un Monde entre nous
    Valider
    Un Monde entre nous
    Valider

    Nouveau ! Créez des collections de films, explorez celles
    d'autres membres et découvrez votre nouveau profil !

    Une erreur s'est produite. Veuillez réessayer dans quelques minutes.