Tous les films

Trois jours à Quiberon

2018 - Drame (1h55) de Emily Atef

Avec Marie BäumerBirgit MinichmayrCharly Hübner, Robert Gwisdek, Denis Lavant, Vicky Krieps, Yann Grouhel, Christopher Buchholz, Vincent Furic, Loïc Baylacq

4 personnes ont donné un avis sur ce film. Voir tout

Titre original : 3 Tage in Quiberon

Genre : Drame

Durée : 1h55

Sortie : 13 juin 2018

Réalisé par : Emily Atef

Nationalité : Allemagne

1981. Pour une interview exceptionnelle et inédite sur l'ensemble de sa carrière, Romy Schneider accepte de passer quelques jours avec le photographe Robert Lebeck et le journaliste Michael Jürgs, du magazine allemang "Stern" pendant sa cure à Quiberon. Cette rencontre va se révéler éprouvante pour la comédienne qui se livre sur ses souffrances de mère et d'actrice, mais trouve aussi dans sa relation affectueuse avec Lebeck une forme d'espoir et d'apaisement.

Casting

  • Vicky Krieps

    Vicky Krieps Hotel Maid

  • Yann Grouhel

    Yann Grouhel Receptionist

  • Christopher Buchholz

    Christopher Buchholz Dr. Frelin

  • Vincent Furic

    Vincent Furic Dr. Moriette

  • Loïc Baylacq

    Loïc Baylacq Innkeeper

Avis des utilisateurs (2)

Ma photo de profil Vous devez donner votre avis
pour écrire une critique.
  • a aimé Emotion
    3.5 -  Il y a 1 mois

    Un très beau film, bouleversant sur une période bien difficile pour l'actrice. Un bref moment de sa vie que je ne connaissais qu'au travers de photos.
    Formidable.

  • a été bouleversé Emotion
    3.5 -  Il y a 1 an

    Nous sommes en avril 1981. L’actrice Romy Schneider (Marie Bäumer) est venue à Quiberon pour une cure de thalassothérapie. Sortant alors d’un divorce difficile avec Harry Meyen (qui s’est suicidé en 1979), et en plein divorce avec Daniel Biasini, le père de sa fille Sarah, l’actrice se reproche de ne pas assez s’occuper de ses enfants. Elle qui, généralement, fuit la presse, accepte une interview de deux journalistes envoyés par le magazine Stern.

    Refusant d’écouter les conseils de son amie Hilde (Birgit Minichmayer), qui réprouve l’interview, elle accepte de répondre aux questions du journaliste dans l’espoir de balayer une fois pour toutes l’image négative qu’elle a auprès de son public. Mais loin de l’apaiser, les questions intrusives et à la limite de l’indécence de Michael Jürgs rajoutent à son mal-être. Romy retombe dans ses addictions, la cigarette (elle fumait trois paquets par jour), l’alcool et les somnifères.

    Pendant qu’elle fait des photos, elle glisse sur un rocher et se brise le pied gauche. Rentrée à Paris, elle ne peut reprendre, comme prévu, le tournage de La passante du Sans-Souci de Jacques Rouffio, qui sera son dernier film. La mort accidentelle et particulièrement cruelle de David, son fils de 14 ans, en juillet 1981, précédera de peu son propre décès, moins d’un an plus tard, à l’âge de 43 ans, dans des conditions toujours non élucidées mais sans doute liées au cocktail médicaments et alcool.

    C’est cette courte période que retrace le film.

    Mon opinion

    Le choix de l’actrice Marie Bäumer, dont la ressemblance physique (et la voix) avec Romy Schneider est frappante, est sans conteste le point fort du film. Dès les premières images, où on la voit de dos contempler la mer sur la terrasse de l’hôtel, on ne peut qu’en être troublé.
    Sarah Biasini, la fille de Romy Schneider s’est dite scandalisée par ce film car, selon elle, sa mère n’était ni alcoolique ni accro aux médicaments et qu’elle entretenait avec ses enfants, en particulier avec son fils David, les relations d’une mère aimante.

    La réalisatrice Emily Atef, quant à elle, se défend d’avoir voulu réaliser un biopic de l’actrice et insiste sur le fait qu’elle a fait œuvre de fiction, ce dont le spectateur aura du mal à convenir.

    Quoiqu’il en soit des faits, on ressort du film bouleversés, non par les scènes de déchéance qui nous sont montrées, mais par l’empathie que l’on ressent pour cette femme complexe et malheureuse, passant sans cesse du rire aux larmes, incapable de renoncer à son métier d’actrice tout en souffrant de n’être pas plus proche de ses enfants. On pensera à d'autres stars disparues au destin comparable, comme La Callas, James Dean, Heath Ledger, River Phoenix, et bien évidemment l'icône absolue que fut Marilyn Monroe, ou, plus récemment Philip Seymour-Hoffman.

    J’ai personnellement trouvé ce portrait très beau et traité avec plus de finesse que ne le laissent penser certaines critiques et je recommande ce film à tous les amateurs de cinéma, et à tous ceux pour qui Romy Schneider restera à jamais une grande actrice.

    1 J'aime

Vous avez aimé ?

Votre avis sur le film

Comptez-vous le voir ?

Trois jours à Quiberon

Votre avis sur le film

  • J'ai adoré
  • J'ai bien rigolé
  • Je suis refait
  • J'ai halluciné
  • J'ai aimé
  • J'ai été bouleversé
  • J'ai passé un bon moment
  • J'en ai pris plein les yeux
  • Je n'ai pas aimé
  • J'ai moyennement aimé
  • J'ai été déçu
  • Je me suis endormi
  • Je me suis ennuyé
  • J'ai eu peur
  • J'ai pleuré
  • WTF
  • J'ai besoin d'un aspirine
  • Je n'ai rien compris
  • J'ai été choqué
  • J'ai vomi
  • J'ai détesté
Trois jours à Quiberon
Valider
Trois jours à Quiberon
Valider

En raison de la fermeture des cinémas due au COVID-19, plus aucune séance n'est affichée sur notre site.
Rendez-vous sur nos pages TV et VOD pour que le cinéma puisse continuer à la maison.