38 personnes ont donné un avis sur ce film. Voir tout

Genre : Drame, Romance

Durée : 1h42

Sortie : 12 septembre 1991

Réalisé par :

Nationalité : États-Unis

Mike et Scott vivent parmi les marginaux de Portland, partageant leur solitude, les drogues et les hommes ou femmes à qui ils se vendent. Mike est introverti, homo et souffre de crises de narcolepsie. Enfant abandonné, il est obsédé par l'idée de retrouver sa mère. Scott, lui, est le fils du maire de la ville, un homme qu'il déteste et qui cherche à lui imposer un avenir tout tracé. Mike ne cache pas son amour à Scott, qui se refuse pourtant à lui. Ensemble, ils prennent la route pour retrouver la mère de Mike. Le voyage les mène en Idaho, puis au-delà, bouleversant leurs valeurs mutuelles...

Avis des utilisateurs (3)

Ma photo de profil Vous devez donner votre avis
pour écrire une critique.
  1. 4.5 Il y a 10 mois

    My Own Private Idaho est un film écrit et réalisé par Gus Van Sant en 1991. Le titre du film a été inspiré au réalisateur par la chanson « Private Idaho » des B-52's. Les dialogues sont en grande partie tirés de Henry IV de Shakespeare.
    Le film commence par la magnifique image d’une route déserte sinuant parmi les champs de blés et sous un ciel d’orage qui se perd à l’horizon. Sur la route, un jeune zonard, Mike ‘Miky’ Waters (RiverPhoenix), s’écroule pris d’une des crises de narcolepsie qui surviennent sans prévenir.

    Plus tard, on le découvre se prostituant dans la chambre miteuse d’un hôtel de Portland. On fait ensuite la connaissance de tout un groupe de jeunes gens plus ou moins réunis autour d’un vieil excentrique homosexuel, Bob Pigeon (stupéfiant William Richert), qui, comme le Fagin d'Oliver Twist, héberge sa troupe d'éclopés dans un ancien hôtel désaffecté. Parmi ces jeunes gens, l’un d’entre eux détonne par son élégance naturelle et ses manières raffinées : il s’agit de Scott Favor (Keanu Reeves), le fils du maire de Portland, un gosse de riche qui s’est encanaillé et se prostitue plus pour faire enrager son père que par conviction ou besoin véritable. Scott prend soin de Micky et, à l’occasion, couche avec lui. Micky, drogué et sous-alimenté, a été abandonné quand il était enfant par une mère qu’il idéalise ; il souffre de crises de narcolepsie foudroyantes qui surviennent dès qu’il est soumis à un stress. Et le stress fait partie de son quotidien. A un moment du film, dans une scène d’une intense émotion, il confie à Scott son amour pour lui mais Scott ne lui cache pas qu’il n'est homosexuel que par opportunisme et ne ressent rien pour lui. Il lui dit aussi qu’il reprendra sa vie d’avant dès qu’il aura été débarrassé de l’autorité de son père, c’est-à-dire dès qu’il sera majeur et aura touché son héritage.
    Bob meurt peu après de chagrin et de honte. Quant à Mike, désespéré et blessé par la trahison de Scott qu'il croyait être son ami et son amant, il repart seul pour l’Idaho. On le revoit sur la même route désespérément vide qu’au début du film. Pris d’une de ses crises de narcolepsie, il s’écroule sur l’asphalte. Une camionnette s’arrête à son niveau. En descendent deux « red-necks » qui le délestent de ses maigres biens. Peu après, un second véhicule s’arrête à son tour. Un homme, dont on ne connaît pas les intentions, le charge, toujours inconscient, à l’arrière de la voiture. Sauveur ou assassin ? On ne saura jamais ce qui advient au pauvre Mike.
    Malgré son côté désespéré et sa noirceur, ce film est un chef d'oeuvre, sans doute l'un des plus beaux films de Gus Van Sant. On y retrouve tous les leitmotivs de ce réalisateur particulièrement doué : une jeunesse abandonnée à elle-même (voire trahie) par les adultes démissionnaires ou incapables de s’assumer, la drogue, la déchéance, l'homosexualité... Tout cela filmé avec un talent stupéfiant. Dans ce film, la 1ère scène (et la dernière qui lui fait écho et "boucle la boucle"), sont d'une beauté à couper le souffle. Dans son rôle de gosse perdu, River Phoenix (21 ans à l'époque), dégage une intense fragilité et un mal être qui sont sans doute plus authentiques qu'il y paraît puisqu'il devait mourir, deux ans après ce film, d'une overdose. Quant à Keanu Reeves, il est flamboyant dans le rôle d’orgueilleux salopard qu’il joue avec l'élégance détachée qu'on lui connaît. Dans la réalité, River et Keanu étaient liés par une amitié sincère et profonde et la mort du premier plongea Keanu dans une terrible dépression dont il se remit avec difficulté après avoir sombré pendant plusieurs années dans l'alcoolisme.

  2. 3.0 Il y a 2 ans

    On sent que le réalisateur a essayé de faire un grand film mais il manque quelque chose pour que ce soit justement un grand film. Et à force de trop en faire, c'est à dire de mettre des images certes belles mais sans intérêt pour le film, tout comme certains dialogues, et bien on s'y perd et le film devient sans grand intérêt...

  3. 2.5 Il y a 4 ans

    Je n'ai pas tout compris à ce film.

Vous avez aimé ?

Votre avis sur le film

Comptez-vous le voir ?

My Own Private Idaho

Votre avis sur le film

  • J'ai adoré
  • J'ai bien rigolé
  • Je suis refait
  • J'ai halluciné
  • J'ai aimé
  • J'ai été bouleversé
  • J'ai passé un bon moment
  • J'en ai pris plein les yeux
  • Je n'ai pas aimé
  • J'ai moyennement aimé
  • J'ai été déçu
  • Je me suis endormi
  • Je me suis ennuyé
  • J'ai eu peur
  • J'ai pleuré
  • WTF
  • J'ai besoin d'un aspirine
  • Je n'ai rien compris
  • J'ai été choqué
  • J'ai vomi
  • J'ai détesté
My Own Private Idaho
Valider
My Own Private Idaho
Valider