Le Labyrinthe du silence

2015 - Drame (2h03) de Giulio Ricciarelli

Avec Alexander Fehling, André Szymanski, Friederike Becht, Johannes Krisch, Hansi Jochmann, Johann von Bülow, Robert Hunger-buhler, Lukas Miko, Gert Voss, Tim Williams, Mathis Reinhardt, Hartmut Volle, Werner Wölbern, Timo Dierkes, Michael Schernthaner

Note presse

127 personnes ont donné un avis sur ce film. Voir tout

Titre original : Im Labyrinth des Schweigens

Genre : Drame, Histoire

Durée : 2h03

Sortie : 29 avril 2015

Réalisé par : Giulio Ricciarelli

Nationalité : Allemagne

Allemagne 1958 : un jeune procureur découvre des pièces essentielles permettant l’ouverture d’un procès contre d’anciens SS ayant servi à Auschwitz. Mais il doit faire face à de nombreuses hostilités dans cette Allemagne d’après-guerre. Déterminé, il fera tout pour que les allemands ne fuient pas leur passé.

Casting

  • Johann von Bülow

    Johann von Bülow Otto Haller

  • Robert Hunger-buhler

    Robert Hunger-buhler Oberstaatsanwalt Walter Friedberg

  • Lukas Miko

    Lukas Miko Hermann Langbein

  • Gert Voss

    Gert Voss Generalstaatsanwalt Fritz Bauer

  • Tim Williams

    Tim Williams Major Parker

  • Mathis Reinhardt

    Mathis Reinhardt BKA Mann Fischer

  • Hartmut Volle

    Hartmut Volle Lehrer Alois Schulz

  • Werner Wölbern

    Werner Wölbern Hans Lichter

  • Timo Dierkes

    Timo Dierkes Peter Mertens

  • Michael Schernthaner

    Michael Schernthaner Alter BKA Mann

Avis des utilisateurs (6)

Ma photo de profil Vous devez donner votre avis
pour écrire une critique.
  • a été bouleversé Emotion
    4.0 -  Il y a 5 mois

    L’action se déroule à Francfort (Allemagne), en 1958. Le jeune procureur Johann Radmann (Alexander Fehling) est chargé par son supérieur, le procureur général Fritz Bauer (Gert Voss) de préparer l’accusation des responsables du camp d'Auschwitz en vue de les traduire devant la justice.

    Le film s'inspire de ce que l'on a appelé le « Second procès d'Auschwitz ». Le personnage principal est un portrait composite de trois procureurs historiques : Joachim Kügler, Georg Friedrich Vogel et Gerhard Wiese. Des protagonistes ayant réellement existé - le procureur général juif, Fritz Bauer et le journaliste Thomas Gnielka (André Szymanski) - y sont également incarnés. Radmann, jeune et idéaliste, se focalise en particulier sur le Dr Josef Mengele, surnommé l’Ange de la mort, qui pratiqua de 1943 à 1945 d’épouvantables expériences de vivisection sur des prisonniers du camp, en particulier sur des enfants. Radmann se trouve alors confronté à la politique du secret des autorités allemandes qui font tout pour empêcher la révélation des preuves et retarder les poursuites, en particulier contre les notables dont beaucoup se sont recasés dans le civil, après la fin de la guerre, sans être inquiétés le moins du monde. L’entêtement de Radmann finira toutefois par payer puisque le procès dit « d’Auschwitz » se tint entre décembre 1963 et août 1965 et visa 22 membres de la direction du camp de la mort. Malheureusement, malgré les mandats d'arrêt émis par le gouvernement allemand et les opérations clandestines du service de renseignement israélien du Mossad, Mengele, qui s’était réfugié en Argentine, mourut au Brésil en 1979 sans avoir pu être jugé.

    Mon opinion sur ce film

    Le film, que j’ai vu le 12/5/2019 sur RMC Story présente comme un thriller des faits relativement ignorés et montre bien comment un pays, dans une démarche schizophrène, a préféré ignorer son passé que de chercher la vérité et la justice. Nous savons tous que de nombreux criminels nazis se sont enfuis en Amérique du sud à la fin de la guerre et ont continué à vivre sous de faux noms sans être inquiétés. Mais, personnellement, je ne savais pas que les autorités allemandes avaient été à ce point complices et à un niveau aussi élevé. Le film est captivant et bouleversant. Belle prestation d’Alexander Fehling dans le rôle du procureur Radmann.

  • a été bouleversé Emotion
    4.5 -  Il y a 1 an

    Vu en Décembre 2017 - Note : 18/20

  • a adoré Emotion
    4.0 -  Il y a 2 ans

    Poignant !

    1 J'aime
  • a adoré Emotion
    5.0 -  Il y a 3 ans

    un film magistral tenu d'un bout à l'autre par un jeune procureur d'une justesse extraordinaire. sans voyeurisme, sans image choquante et pourtant tout est dit. Aucun moment insensible. un vrai chef d'œuvre qui ne permet pas l'oubli de cette horrible période.

  • a adoré Emotion
    5.0 -  Il y a 4 ans

    Un film magistral et poignant sur une page d'Histoire méconnue ou que l'on voit très (ou trop) peu en Histoire au lycée.
    L'allemand ce n'est pas si mal en VO.

  • a aimé Emotion
    4.0 -  Il y a 4 ans

    Après les procès de Nuremberg, une chape de plomb tombe sur l'Allemagne fédérale où le passé nazi est enfoui. Pour avancer, le pays tait les atrocités commises et la jeunesse n'en est pas instruite.
    En 1958, un jeune procureur de Francfort va s'intéresser au passé d'un homme qu'on lui présente comme un tortionnaire du camp d'Auschwitz. Recueillant, malgré les fréquentes hostilités rencontrées, tous les éléments essentiels, il peut poursuivre en justice, sur de nouvelles bases, d'anciens SS ayant servi dans ce camp d'extermination.
    Le procès de Francfort qui s'en suit entre 1963 et 1965 fera date en RFA. 22 prévenus ayant exercé des responsabilités diverses dans le camp d'Auschwitz-Birkenau y seront jugés.

    Voilà un très bon film qu'il faut voir, surtout les ados, pour comprendre qu'il ne faut pas faire table rase du passé. Tout un chacun a le droit et peut-être le devoir de savoir ce que ses ancêtres ont fait de leur vivant. Spécialement ceux qui sont nés durant ou peu de temps après un conflit car le passé est souvent enterré ou enjolivé pour que les prochaines générations ne puissent se rendre compte des responsabilités des leurs.

    Ici, l'histoire est connue. Au début des 60's, rares sont les Allemands (RFA) qui connaissent l'étendue des crimes commis à Auschwitz. Pour une grande majorité, Auschwitz est un camp de prisonniers comme d'autres, peu savent la réalité. En 1961, le Mur est érigé alors en RFA, on regarde vers l'avenir, vers le progrès, le péril communiste a remplacé celui des nazis que l'on veut oublier à tout prix.
    La nation allemande doit attendre l'intervention de magistrats qui vont, en 1958, commencer à recueillir les témoignages poignants de rescapés du camp.
    Ils vont traquer, malgré diverses hostilités, certaines au plus haut niveau, les anciens nazis responsables de crimes qu'ils soient ou non bien insérés dans cette nouvelle Allemagne.

    Le film suit le parcours d'un jeune procureur qui n'a, au départ, aucune idée de ce que représente le nom d'Auschwitz-Birkenau, comme la majorité de ses concitoyens de la même génération. Lorsqu'il comprend la vraie teneur de l'héritage que leur ont laissé leurs pères, le vertige est immense et sans commune mesure. Comment le peuple allemand peut-il faire face à la culpabilité héritée devant les crimes commis ?
    Ce procès de Francfort va ouvrir une nouvelle ère pour ce peuple allemand car il va leur apprendre au fil des jours les méticuleux rouages de l'effroyable machine de mort nazie.

    Depuis ce procès, très médiatisé en son temps en RFA, et après ce film, piqûre de rappel, plus aucun Allemand (et aucun de nous tous sur la planète) ne pourra dire :
    "Ich wusste nicht".
    (Pas besoin de traduire, ça coule de source, non ?)

    2 J'aime
    -
    2 commentaires
    Il y a 4 ans

    Que veux-tu que je dise après ton commentaire?!

    Il y a 4 ans

    Je ne pourrai plus dire : "Je ne savais pas" !

Vous avez aimé ?

Votre avis sur le film

Comptez-vous le voir ?

Le Labyrinthe du silence

Votre avis sur le film

  • J'ai adoré
  • J'ai bien rigolé
  • Je suis refait
  • J'ai halluciné
  • J'ai aimé
  • J'ai été bouleversé
  • J'ai passé un bon moment
  • J'en ai pris plein les yeux
  • Je n'ai pas aimé
  • J'ai moyennement aimé
  • J'ai été déçu
  • Je me suis endormi
  • Je me suis ennuyé
  • J'ai eu peur
  • J'ai pleuré
  • WTF
  • J'ai besoin d'un aspirine
  • Je n'ai rien compris
  • J'ai été choqué
  • J'ai vomi
  • J'ai détesté
Le Labyrinthe du silence
Valider
Le Labyrinthe du silence
Valider