• NOTIFICATIONS
    L'ACTIVITÉ DE VOS AMIS
  • MES ABONNEMENTS
    PERSONNES QUE VOUS SUIVEZ
    INVITER DES AMIS

    Connectez-vous avec Facebook
    et retrouvez vos amis !

    Connexion avec Facebook
  • FILMS À VOIR
  • a adoré
    4.5 -  Il y a 5 ans

    J'ai beaucoup aimé ce film magique.
    Les salles d'Aubenas n'étant malheureusement pas encore équipées en 3D pour la sortie de ce film qui a été réalisé pour cette nouvelle technique, je n'ai donc pu en apprécier tout ce qu'elle peut apporter lorsqu'elle est bien utilisée et je le regrette.
    Cela ne m'a pas empêché de trouver ce film magnifique. C'est un enchantement, totalement inattendu de la part d'un réalisateur comme Martin Scorsese qui nous a plutôt habitués à la noirceur et la violence. Certes, de la noirceur, il y en a, dans ce film atypique, ne serait-ce que par la situation d'Hugo, laissé seul à lui-même dans un monde dont la dureté est terrible. Mais il y a dans ce film tellement de belles choses et de beaux sentiments que cette noirceur passe, en fin de compte au second plan.
    Je suis étonné du peu de publicité qui a été fait autour de ce film que seul mon instinct (et aujourd'hui, une excellente critique de Frédéric Strauss dans le Télérama du 14/12/2011 - je considère comme négligeable la version "contre" de Jacques Morice tant elle paraît "téléphonée"). J'ai trouvé ce film épatant à tout point de vue. N'hésitez surtout pas à y aller en famille car, dans ce film, Scorsese a retrouvé son âme d'enfant (et de cinéaste et amateur de cinéma averti) pour notre plus grande joie.
    Hugo Cabret est adapté d'un roman « L’invention d’Hugo Cabret » écrit et illustré par Brian Selznick publié en 2007, qui est devenu, depuis sa sortie, un best-seller mondial, traduit dans des 10es de langues. L’auteur décrit lui-même son œuvre comme « n’étant pas exactement un roman, ni un ouvrage illustré, ni un scénario de film, mais un mélange de tout cela ». Il ne se figurait pas que le grand Martin Sorsese, plus habitué aux films noirs et violents (Gangs of New York, Les infiltrés) ou morbides (Shutter Island), se passionnerait pour ce livre pour enfants au point d’en acheter les droits et de vouloir l’adapter pour notre plus grand plaisir.
    En voyant le film, on comprend mieux pourquoi Scorsese a été fasciné par le livre car c’est un grand cinéaste et un vrai amateur de cinéma (c’est cette passion qui l’avait aussi conduit à s’intéresser à la vie extraordinaire d’Howard Hugues, dont il tira le très beau biopic Aviator avec le grand Leonardo DiCaprio dans le rôle du milliardaire fou). Le livre lui-même s’est beaucoup inspiré de la vie du pionnier du cinéma muet, Georges Méliès, qui fut, avant de réaliser ses premiers films, un illusionniste de talent, un collectionneur d’automates et un inventeur génial.
    On retrouve tout cela et plus encore dans Hugo Cabret, plus de très belles images du Paris du XIXe siècle, une grande poésie, une esthétique très travaillée et beaucoup d'émotion. Une réussite qui n'est pas sans rappeler l'univers de l'injustement méprisé A la croisée des mondes, et vient prendre agréablement la relève des Harry Potter, Chroniques de Narnia et autres Eragon.

    1 J'aime
  • Afficher toutes les critiques

    Nouveau ! Regardez les films diffusés à la TV grâce à Molotov
    directement depuis le programme TV et les fiches films.

    Une erreur s'est produite. Veuillez réessayer dans quelques minutes.