• NOTIFICATIONS
    L'ACTIVITÉ DE VOS AMIS
  • MES ABONNEMENTS
    PERSONNES QUE VOUS SUIVEZ
    INVITER DES AMIS

    Connectez-vous avec Facebook
    et retrouvez vos amis !

    Connexion avec Facebook
  • FILMS À VOIR
  • 2015 - (1h46) de

    Avec Emily FondaSteven WiigElisabetta FantoneGuido Furlani

    Note presse

    381 personnes ont donné un avis sur ce film. Voir tout

    Genre : Drame

    Durée : 1h46

    Sortie : 18 mars 2015

    Réalisé par :

    Nationalité : Etats-unis

    BIG EYES raconte l'éveil artistique de la peintre Margaret Keane, de son incroyable succès dans les années 50 à ses démêlés juridiques face à un mari qui revendiquait la paternité de son oeuvre dans les années 60.

    Avis des utilisateurs (27)

    Ma photo de profil Vous devez donner votre avis
    pour écrire une critique.
    1. a moyennement aimé
      2.5 Il y a 2 ans

      Très déçu ! Je l'attendais le nouveau Burton. En plus j'adore Christoph Waltz et Amy Adams mais la je dois avouer je suis pas du tout rentrer dedans. J'ai pas accroché une seconde. C'est malheureux ! J'ai essayer mais non. Dommage. :-(

      4 J'aime
    2. Il y a 3 ans

      HÂTE HÂTE ! Je suis fan de Burton et de ses films. J'adore Christoph Waltz je suis impatiente de voir ce que ça va donner.

      4 J'aime
    3. a adoré
      5.0 Il y a 2 ans

      Entre les 50's et les 60's.
      Margaret Ulbrich est une des rares femmes de la société américaine à avoir quitté son mari étouffant, emmenant sa jeune fille Jane à San Francisco sans en demander le droit. Étant peintre, elle pense pouvoir y vivre de son art, mais la vie étant ce qu'elle est, Margaret déchante assez vite.
      Mais un jour sur une place où elle exerce ses talents de portraitiste, Margaret fait la connaissance du charmant Walter Keane, un peintre présentant ses œuvres inspirées par la vie parisienne qu'il a menée auparavant. Bon baratineur, Walter embobine cette femme esseulée et lui promet monts et merveilles car ses peintures d'enfants aux grands yeux sont d'un caractère unique. Charmée, Margaret se remarie avec Walter qui commence alors à exposer les œuvres du couple. Par un heureux hasard de circonstances, les "Big Eyes" font fureur et les tableaux de Margaret commencent à se vendre de plus en plus cher et Walter, avec son sens inné du commerce, développe un business très rémunérateur pour toute la famille, les $$ pleuvent... Mais un soir, Margaret découvre que Walter se présente comme le peintre des "Big Eyes" et qu'elle n'est que son épouse dévouée. Dès lors, Walter va tout faire pour faire fructifier son business tout en reléguant sa femme dans un atelier secret où elle pourra continuer à fournir des "Big Eyes" à sa demande.
      Il faudra une dizaine d'années avant que Margaret reprenne sa propre vie et celle de sa fille en mains et ose crier au monde que l'artiste, c'est elle !


      "Oh, what a day !" comme disait Jerry la semaine dernière dans "The Voices" de M. Satrapi.
      Là c'est plutôt "What a week !" en ce mercredi 18 mars (my own DOB), date de sortie d'une avalanche de films parlant d'usurpation d'identité, de changement d'identité, d'identité différente, d'identité cachée ou perdue. Je trouve ça assez étrange que dans la même semaine, on a droit à tout ce panel cinématographique concernant l'identité. (Bon, c'est peut-être moi qui se fais des films, non ?)

      Mais pour commencer, il m'en fallait en voir un et par affinité, je suis allé déguster le nouveau Tim Burton nous relatant l'histoire incroyable des Keane qui ont amassé des millions de $$ sur une simple supercherie. Il n'aura fallu que d'une rencontre entre une femme, malgré tout volontaire dans ces années 50 au point de quitter son mari étouffant mais des plus naïves, et d'un homme mythomane qui se rêvait l'un des plus grands artistes de son temps sans le moindre talent, à l'exception du baratinage mondain.
      Même si le film de Tim Burton met plus en avant le rôle de Walter Keane, il sait en dénoncer l'imposture et redonne à ces femmes artistes la place qui leur est due. Rien qu'en France, on pourrait citer Camille Claudel ou Colette dont des très proches se sont attribués les œuvres sans vergogne.
      Tim Burton fait ici un retour gagnant après quelques déceptions, il nous propose une histoire qui l'avait déjà inspiré dans ces précédents films, ces grands yeux sont présents dans certains films, peut-être inconsciemment. Son film est aussi fascinant que ces grands yeux tristes et expressifs de Margaret Keane. Il nous emmène dans un cercle vicieux comme Walter Keane entraîna son épouse Margaret dans la fascination des yeux qu'elle peignait elle-même et dans lesquels elle se retrouvait perdue, incapable d'être elle-même et de réagir à son sort usurpé. Jusqu'à l'étincelle, celle qui permet la prise de conscience et qui donne le courage de s'affirmer devant tous.

      (Méfiez-vous des photos sur le net où aujourd'hui vous découvrez ces petits chats aux yeux attendrissants et qui vous font baisser toutes vos défenses, Walter Keane n'est pas loin ! Keep kitten away !)

      3 J'aime
    4. a hâte de le voir
      Il y a 4 ans

      J'ai vraiment hâte !
      Même si les Tim Burton récents sont plutôt décevant, le fait qu'il y est Christoph Waltz est non négligeable.

      3 J'aime
      -
      3 commentaires
      Il y a 4 ans

      Totalement d'accord avec ce commentaire.

      Je suis tout à fait d'accord :)

      Moi je ne suis pas d acard avec toi je trouve que dark shadow et frankenweeny son 2 bon film

      1 J'aime
    5. a adoré
      5.0 Il y a 2 ans

      Christoph Waltz, Amy Adams et Tim Burton quoi de mieux! Rien qu'avec l'affiche on a envie d'acheter une billet.
      Tim Burton, une excellence esthétique, une justesse du plan, chaque plan pourrait être une photo. Rien a redire!
      Sur le plan de la Biopique, une mise en contexte ingénieuse sur la société 1950's et 1960's. On remarque même que certaines scènes sont subtilement critique sur la société de consommation, le charisme masculin, et la place peu considéré des femmes qui nous poussent a la réflexion des enjeux actuelles.
      Christoph Waltz, une performance d'acteur géniallissime, un personnage d'escroc a la Inglorious Basterds qui lui va a ravir.
      Quand a Amy Adams en rôle principal elle assure parfaitement devant le génie théâtrale de Christoph Waltz ce qui est indirectement une forme de génie.
      Un très très bon film, sans doute l'un des meilleurs de ce début d'année.

      1 J'aime

    Vous avez aimé ?

    Votre avis sur le film

    Comptez-vous le voir ?

    Big Eyes

    Votre avis sur le film

    • J'ai adoré
    • J'ai bien rigolé
    • Je suis refait
    • J'ai halluciné
    • J'ai aimé
    • J'ai été bouleversé
    • J'ai passé un bon moment
    • J'en ai pris plein les yeux
    • Je n'ai pas aimé
    • J'ai moyennement aimé
    • J'ai été déçu
    • Je me suis endormi
    • Je me suis ennuyé
    • J'ai eu peur
    • J'ai pleuré
    • WTF
    • J'ai besoin d'un aspirine
    • Je n'ai rien compris
    • J'ai été choqué
    • J'ai vomi
    • J'ai détesté
    Big Eyes
    Valider
    Big Eyes
    Valider

    Nouveau ! Créez des collections de films, explorez celles
    d'autres membres et découvrez votre nouveau profil !

    Une erreur s'est produite. Veuillez réessayer dans quelques minutes.