• NOTIFICATIONS
    L'ACTIVITÉ DE VOS AMIS
  • MES ABONNEMENTS
    PERSONNES QUE VOUS SUIVEZ
    INVITER DES AMIS

    Connectez-vous avec Facebook
    et retrouvez vos amis !

    Connexion avec Facebook
  • MA LISTE D'ENVIE
    0:00 / 0:00

    Night Call

    Langue
    Qualité
    Videos de Night Call

    Night Call

    4.1
    674 avis
    1. Il y a 2 ans

      Par les producteurs de Drive – pauvre réalisateur, il n’est même pas mentionné, les studios n’en font qu’à leurs têtes de nos jours… Réellement, je ne savais même pas le nom du réalisateur avant de voir le pré-générique du film. Heureusement, je n’ai jamais cru à un nouveau Drive – c'est tout bonnement impossible, de toute façon. J’avais peur avec Nightcall – titre français faisant référence à la fameuse BO du film Drive de Winding-Refn… Déjà assez racoleur, je pensais que ça allait être banal, américanisé et déjà vu ; grande surprise : Non !
      Pourtant, les 30 premières minutes avaient tout l’air de ce film, les américains crachant sur les journaux TV, qui leurs sont chers, car le début de film c’est un peu cela. L’élément déclencheur, donnant une toute autre envergure au film, arrive quand la concurrence disparait et n’apparaitra plus, pour laisser place au premier, psychopathe nihiliste, misanthrope et obsédé par l’argent, le prestige et la renommée. Qui de mieux que l’acteur en vogue du moment : Jake Gyllenhall (un peu plus de 10 kilos en moins). Incarnant à la perfection, je me remémorais ses deux jeux d’acteurs dans « Enemy », déjà grandiose, et complètement différent de celui-ci. C’est vraiment fou comment le film peut se transformer en un vrai bon film après une première partie « facile ». Le film devient un vrai thriller psychologique tendu, avec cette figure principale antipathique à qui l’on ne peut rien pardonner. Jake Gyllenhall est vraiment incroyable, il nous fait même rire – rire noir prépondérant chez les frères Coen et plus récemment chez Fincher avec Gone Girl – qui renforce l’absurdité de cette fiction, absurdité finalement révélatrice de ce que les gens veulent : des images choc et du sang. Derniers éléments vraiment réussis dans le film, ce sont les confrontations et isolement total entre la directrice du journal et Lou – Jake Gyllenhall, confrontations purement sexuelles en champ contre champ avec des dialogues très bien ficelés et parfois très drôles ; et la confrontation entre le stagiaire et Lou devient splendide et drôle. Nightcall est en réalité un film sur « le jeu » de mise en scène: qu’est-ce que je dois filmer ? Comment je le filme ? Qu’est-ce que je montre ? Et le plus important: comment avec mon cadre et mes images je vais capter l’attention de l'audience ?
      Franchement, ce film est très bien, en grande partie grâce au jeu de Jake Gyllenhall et du scénario osé et fort. Vu, approuvé et cachetonné : à voir !

      6 J'aime
      -
      2 commentaires

      Dimanche soir 22h30 sur France 4 : Drive.

      Ce film est génial, mais je le possède déjà en dvd.

    2. Il y a 2 ans

      Nightcrawler va vous dégoûter de la télévision, et si c'est déjà fait vous n'en serez que davantage convaincu.
      Rentrez dans la peau d'un aliéné fasciné par les images graphiques, puant l'apathie et le profit, dans un monde qui ne demande que le buzz matinal et le choc hebdomadaire.
      Et vous allez être happé par les événements qui s’enchaînent un à un, vous sentirez des émotions contradictoires à ce qui se passe sous vos yeux.
      Nightcrawler, c'est l'image du journal télévisé moderne ayant pris forme humaine.

      4 J'aime
    3. Il y a 2 ans

      Cette première réalisation pour Dan Gilroy (déjà scénariste sur plusieurs films dont le récent Jason Bourne: L’Héritage) fait preuve d’une certaine maîtrise. Si la réalisation est assez sobre, elle laisse toute la place à l’acteur principal pour s’exprimer. Jake Gyllenhaal nous offre en effet ce qu’il a de meilleur avec cette prestation bluffante. L’acteur, qui s’inflige une nouvelle fois une transformation physique impressionnante, y joue un personnage allant à l’encontre de toute éthique ou valeur. Il s’amuse, prouvant toute la densité de son jeu d’acteur, balbutiant entre des figures d’angoisse, de cruauté, de pitié ou d’horreur.
      Si cette prestation est captivante, le thriller est tout aussi prenant. Dérangeant par son côté si réaliste, il remet en question le métier de journaliste osant poser la question “jusqu’où peut on aller pour avoir l’info?”. Dan Gilroy critique cette société dans laquelle le “sensationnel” prime sur l’information elle même. Si l’on est inconfortable dans cette position de seul témoin des actes de notre antihéros, on est tout autant mal à l’aise face à cette course au spectaculaire inhumaine à laquelle on est témoin quotidiennement.

      Finalement, se dégage de Nightcall un thriller haletant dans une atmosphère sombre et pesante, et, bien que très aidé par son acteur principal, ce film se révèle un coup d’essai réussi pour Dan Gilroy.

      Tous nos articles sur : http://chroniques-cine.overblog.com

      2 J'aime
    4. Il y a 2 ans

      Vu avant première! Night call, est le film à ne pas manquer en cette fin d'année! Magnifique orchestré! Fabuleusement interprété! Une mise en scène à couper le souffle! Tout est plaisant à voir et à écouter. Le scénario est dirigé d'une main de maître, on adore détester le personnage de Louis. Les courses poursuites sont extrêmement réalistes. Je conseille vivement d'aller vous perdre dans la noirceur de ce drame psychologique et burlesque, car je peux vous assurer que vous passerez un excellent moment! :)

      2 J'aime
    5. Il y a 2 ans

      Film magnifique visuellement et Jake Gyllenhaal très bon dans ce rôle si malsain ! Un tout très dérangeant mais génial.

      1 J'aime
    6. Il y a 2 ans

      Magnifique.

      1 J'aime
    7. Il y a 2 ans

      Très grand film ! 2 heures sans interruption... Un pur chef-d'oeuvre ! BRAVO!!

      1 J'aime
    8. Il y a 2 ans

      Los Angeles, de nos jours.
      Lou Bloom est un jeune homme qui survit dans la grande ville grâce à de petits larcins jusqu'au soir où il se retrouve bloqué en voiture sur les lieux d'un accident. Il découvre alors qu'un homme comme lui filme les évènements et qu'il va ensuite vendre ses enregistrements à une chaîne de télévision.
      Pour Lou, c'est une véritable révélation. C'est ce qu'il veut faire désormais, filmer les faits divers.
      Encore faut-il les connaître, savoir où et quand ils se passent, s'y rendre et pouvoir avoir de quoi les filmer... Et à qui ensuite vendre les images et en récolter quelques bénéfices.
      Mais Lou est malin, il apprend vite.... et bientôt c'est un pro que Nina Romina n'hésite pas à payer grassement pour ses prises de vue au plus près des évènements et qui va ensuite les mettre en scènes et les diffuser sur la chaîne d'informations locale pour laquelle elle travaille et dont les taux d'audience ne tardent pas à augmenter.

      J'ai attendu plusieurs jours après avoir vu le film avant de donner mon avis car je me demandais quoi en penser. Mais, au final, je pense que c'est un des meilleurs que j'ai vus en cette année 2014.
      Peut être pas le meilleur, il me reste à voir les sorties de décembre, mais il fera partie de mon top 5 de l'année, c'est sur.

      Même si on revient dans un univers déjà exposé dans d'autres films (ex : Drive), l'exploration nocturne de la Grande Ville, LA, révèle un monde interlope où beaucoup de choses malsaines se passent et que Lou est prêt à traquer et filmer pour ensuite les apporter à la connaissance du plus grand nombre, sous réserve d'une bonne rémunération.
      On suit donc le parcours de Lou comme dans une émission de télé-réalité jusqu'au point de la mise en abimes qu'il franchit aisément puis on le suit sans rien dire sur le fil tendu d'une spirale qui descend et descend encore jusqu'au point de non-retour.

      Pour l'argent (facile), pour la gloire (éphémère), pour vous (égoïsme), êtes vous prêts à tout pour tenter pour vous approcher d'un "monde" qui se veut inaccessible ? Que certains(es) atteignent mais à quel prix ?
      Faut-il ressembler à ou copier Lou pour parvenir à des fins que vous n'arriverez pas à tenir ?

      Ce polar urbain novateur nous plonge dans une atmosphère glaçante que l'on accepte et revendique en suivant ces chaînes d'infos en continu ou seulement en regardant un JT quotidien.

      Nous posons-nous de bonnes questions devant l'info qui nous est présentée ?
      La réponse est non.
      Beaucoup de personnes font confiance aux infos qu'elles reçoivent même si celles-ci sont fausses. Elles peuvent  émaner d'une prétendue autorité (radio, télé, presse) sans avoir été confirmées et c'est alors la mise en marche de l'engrenage qui mène à la désinformation.

      Conclusion : Tu veux savoir ? Alors tu paies x€ ! Tu refuses, alors ça te coûtera x€ ! Ok, je veux bien payer x€ mais combien je gagne après ? Tu me donnes x€ tu gagneras Mx€ !
      Alors, tu fais quoi ? Ok, je te donnes MMx€ ! (Heu, je m'appelle ...comme vous vous voulez... Byg, Nic, J-f, Fr, ou &... c'est TTC dans le contrat...)

      1 J'aime
    9. Il y a 2 ans

      Jake Gyllenhaal est superbe. Un dingue ! L'histoire est pas mal et son personnage fais flipper mais tellement réel ! Très bon.

      1 J'aime
    10. Il y a 1 an

      L'un des meilleurs films de 2014 sans hésitation ! L'acteur principal joue tellement bien, l'histoire est prenante.

    11. Il y a 1 an

      Like...

    12. Il y a 1 an

      J'ai bien aimé ce film. Il est sombre surprenant, dérangeant même. Un vrai film sombre comme la nuit... Je le conseille pour les amateurs d'info sensationnelle qui aimerait se lancer eux aussi de le média.. lol

    13. Il y a 1 an

      Comme c'est actuel... Dérangeant et hypnotique le personnage nous balade dans l'ironie de nos sociétés médiatiquement médiatiques... Gyllenhaal encore au top ❤️

    14. Il y a 2 ans

      Ce film est fascinant à un très haut point. Il est également mémorable et rare. Ne passez pas à côté.

    15. Il y a 2 ans

      Grand film avec un grand acteur. A voir absolument.

    16. Il y a 2 ans

      Un film captivant en crescendo où on ne décroche pas tout du long. L'ambiance est top. Ça met mal à l'aise mais que c'est bon!

    17. Il y a 2 ans

      Un film qui nous fait aimer le méchant, sans doute un thriller habile fort et bien construit au tour d'une ambiance by night ultra prenante.

    18. Il y a 2 ans

      Réalisaton, décors, mise en scène et acteur principal sublimes. Un des meilleurs films de 2014 sans doute. On reconnait les plans coupés et en profondeur de drive, le sujet sombre et la mise sous pression. Quelques éléments de fin un peu prévisibles mais l'ensemble est parfaitement construit.
      A voir

    19. Il y a 2 ans

      une histoire excellente et Jake Gyllenhaal interprète son rôle déjanté à la perfection. Un très bon thriller.

    20. Il y a 2 ans

      Night Call est un film qui nous met mal à l’aise tout de suite dès les premières minutes du film. Car, on se sent et on va se sentir complice avec ce type jouer par un Jake Gyllenhaal que je ne connaissais pas acteur capable de revêtir un rôle que dire une peau qui n’est pas la sienne (on retrouve ici la même démarche d’un certain Matthew McConaughey dans Dallas Buyers Club, Jake Gyllenhaal va perdre près de 20 kilos pour jouer Lou mais également la possession de son personnage dans le même jeu d’acteur qu’un Forest Whitaker dans Le dernier Roi d’Écosse ou un Michel Piccoli dans Habemus Papam). Ainsi quand le spectateur se décide à voir ce film, il fait ce qu’on pourrait appeler du voyeurisme éhonté. Mais, on est au cinéma par conséquent le voyeurisme c’est le thème développé par le film. Oui, Dan Gilroy nous adresse une satire épicée d’un monde impitoyable non pas Dallas mais les « médias ». Où les contrats et relations se font de manière très étrangère et peuvent parfois se terminer dans le sang. Oubliez les paillettes et autres dorures du petit écran. On n’est pas ici dans les mondanités et autres glamours. Mais, dans ce qu’on pourrait qualifier de l’envers du décor.

      Car, on l’oublie souvent peut-être ne nous posons nous pas vraiment la question voire, nous ne voulons pas le savoir; comment ses chaines d’informations arrivent à alimenter le contenu de leurs journaux en continu. Ce n'est là qu'entre Lou, personnage différent qui ne vit qu’à travers internet et des informations qu’il peut y glaner. Ainsi tout ce qu’il sait du moins les connaissances qu’il évoque viennent internet. Sans but dans une vie qui peut être impitoyable. Il va décider d’être également impitoyable. Dans The tree of Life de Malick le père de Jack ne dit-il pas il faut une volonté de fer pour réussir dans ce monde? Si c’était déjà vrai dans les années 50 ça l’est être plus aujourd’hui. Visiblement Lou l’apprit au mot et va l’appliquer à la lettre. Est-ce moral ? Là n’est pas la question. La question est celui qui finalement va approuver et adouber tout le travail de l’ombre d’un Lou est-il prêt à n’écouter que des informations vertueuses issues du journalisme déontologique comme on parlerait du commencer équitable ou de l’agriculture biologique ? Où finalement le sensationnel et le voyeurisme vont-ils continuer à triompher ? Ainsi, à défaut de ne pouvoir répondre à ses questions, non le besoin ou le désir de cautionner les faits d’un Lou qui, il faut le dire essaie simplement de gagner sa vie et de se faire une place au soleil va faire un travail d’intérêt public oui! Il va permettre au citoyen lambda d’assouvir par procuration des pulsions primaires et primitives mais à quel prix ?

      Beau film!

    Du même genre

    Films En salle

    Prochainement

    Nouveau ! Créez des collections de films, explorez celles
    d'autres membres et découvrez votre nouveau profil !

    Une erreur s'est produite. Veuillez réessayer dans quelques minutes.