Actualité

Queer Eye : la série qui fait du bien

Sortie en 2018 sur Netflix, la série aurait pu être une millième émission de télé-réalité un peu cucul voire franchement gênante. Le concept pourrait difficilement avoir l'air plus cliché : cinq experts gays à la rescousse de gens perdus dans leur vie, dans leur style et même dans leur frigo.

Là où une émission de télé-réalité classique se serait contentée d'empiler les clichés sur les homosexuels et de tartiner du pathos sur leurs pauvres victimes, ici, le point de vue adopté est d'une véritable bienveillance.

Pas de plans avec une voix off expliquant à quel point ce pauvre homme est désespérément en quête d'amour et compense en collectionnant les tapettes à mouches ; pas de misérabilisme exacerbé ou de scènes gênantes dans lesquelles on sent l'équipe au bord du fou rire nerveux. L'émission réussit le tour de force de rendre touchants des candidats que n'importe quelle autre télé-réalité aurait rendus pathétiques.

Ils ne sont pas simplement des candidats, ce sont des "héros"

Toute l'émission regorge d'entrain, nos experts sont dynamiques, d'une bonne humeur à toute épreuve et plein d'humour. Leur mojo principal tient en une phrase que l'on devrait tous graver sur notre miroir et mettre en fond d'écran de nos téléphones : "Tu es fantastique tel que tu es". Le but n'est pas de transformer les candidats en gravures de mode que l'on fera défiler cinq minutes devant la caméra avant de les renvoyer à leur vie d'avant, mais bien de leur faire comprendre qu'ils n'ont pas besoin de changer ce qu'ils sont, parce qu'ils sont déjà formidables.

L'équipe se contente de leur mettre une bonne couche de vernis à l'égo, de remettre de l'ordre dans leur maison et leur rythme de vie et de leur apprendre qu'au fond, il n'y a qu'eux qui ne se voient pas comme la merveilleuse personne qu'ils sont.

Et ça fait du bien de voir Tan amener faire du shopping un homme qui se sent gros et laid, qui arrive persuadé qu'il ne rentrera que dans un ersatz de sac poubelle géant et le voir défiler comme sur un catwalk trois minutes après sa sortie de la cabine. Sentir qu'il a l'impression d'avoir perdu 40kg et de pouvoir demander son numéro à Jennifer Lawrence parce qu'il est sexy. Le tout dans un budget H&M parce que, non content de les relooker, ce cher Tan s'adapte à la vie de tous les jours et ne leur fait pas faire leur shopping chez Saint Laurent.

file

Le fabuleux club des cinq

Tout le monde rêverait de voir Boddy débarquer chez lui et refaire la décoration, Antoni remplir le frigo en mangeant la moitié de ce qu'il contenait à la base et Jonathan lui écrire une routine beauté qui tient en 3 minutes en assumant totalement qu'un homme se fasse des masques au miel et à l'avoine, le tout encadré par un Karamo en veste à paillettes bien décidé à nous faire comprendre que la confiance en soi se travaille comme le reste.

Si les Fab Five sont tous plus sympathiques et déchaînés les uns que les autres, c'est évidemment Jonathan Van Ness qui brille le plus. Son style totalement assumé ne souffre d'aucune restriction. Les talons hauts et la moustache ne sont pas contradictoires, les cheveux longs et le maquillage sont autorisés. Et quoi de mieux pour se sentir apprécié que cette pile électrique qui saute dans les bras des candidats toutes les trois minutes pour leur dire à quel point il les aime.

Queer eye, c'est cette série touchante qui vous dit que tout peut aller mieux, que vous êtes quelqu'un de bien et qu'homme ou femme, vous avez raison de prendre soin de vous.

C'est simple, c'est efficace et c'est beau.

Publié le 6 août 2019
188 vues de l'article
Contenus associés