Actualité

Le duo culte Wallace & Gromit revient pour de nouvelles aventures !

Les plus célèbres bonhommes en pâte à modeler sont bientôt de retour sur nos écrans selon leur créateur de papa qui s’est voué à quelques confidences à Hollywood Reporter.

Le lit éjectable les a enfin réveillés. Wallace, inventeur d’une grande maladresse et amateur de crackers, et son fidèle Gromit, canidé surdoué et désabusé par son maître, nous réservent une belle surprise. Ce génial duo de faux-loosers va revenir pour de nouvelles aventures rocambolesques !

« Je ne peux pas en dire plus parce que cela gâcherait tout mais Wallace et Gromit poursuivent leurs bêtises ! » - Nick Park.

C’est leur papa Nick Park qui l’assure : « Je sens que je suis actuellement sur une bonne idée. Je ne peux pas en dire plus parce que cela gâcherait tout mais Wallace et Gromit poursuivent leurs bêtises ! ».

Ils vont (encore) mettre le bordel en ville !

En 1980, le passionné d’animation présente au studio britannique Aardman ses deux personnages d’argile, créés à l’université et jugés « plutôt enfantins » par son professeur. À son tour, le grand public les découvre en 1989 avec le premier court-métrage culte Une grande excursion. Coup de foudre pour le chauve au pull vert avec cravate rouge et pour son chien qui lui fait même à manger ! Trois courts-métrages (Un mauvais pantalon, Rasé de près et Sacré Pétrin) et un long-métrage plus tard (Le Mystère du lapin-garou), Nick Park comptabilise trois Oscars : « Je ne peux pas croire que c’est juste un couple de personnages avec lesquels j’allais en cours et maintenant, ils sont encore en prime time à la télévision ! C’est incroyable pour moi. Je dois encore me pincer pour réaliser. C’est plus que j’en avais rêvé, pour être honnête ».

Court ou long-métrage, alors ? Le réalisateur crache déjà le morceau concernant le format : « Je pense qu'à 60 ans, on se demande « Qu'est-ce que je vais pouvoir faire de plus ? ». J’ai plein d'idées mais les longs-métrages prennent tellement de temps. Je ne dis pas non à un film pour le moment mais une demi-heure me semble plus intéressant, je dois dire ». Une œuvre d’animation est un beau bébé dont on n’accouche pas avant un an, pour un court-métrage de trente minutes et plusieurs années pour un long : « Quand on réussit à tourner trois secondes par jour, c’est une bonne journée ! ». Beaucoup, beaucoup de patience est nécessaire pour ce travail minutieux qu’est la technique « image par image ». Cro Man, par exemple, a été tourné en cinq ans.

Wallace & Gromit dans Les Inventuriers (2015)

Fort comme un morceau de Wensleydale

Nick Park n’est pas plus bavard sur l’intrigue mais a peut-être lâché un indice en évoquant sa grande fierté envers Un mauvais pantalon. Vous savez, le film où un pingouin criminel se déguise en poulet en s’affublant d’un gant en caoutchouc sur la tête ? Iconique séquence des années 90’s, non ? Mais que peut-on attendre de cette nouvelle épopée en stop-motion ? « Je tiens cette œuvre pour modèle, j’adore l’histoire. Je pense que c’est le meilleur parce qu’il y a de la force dans la simplicité de ses idées, avec l’apparition du pingouin Feathers Mc Graw. Je ne dis pas que le prochain film sera pareil mais il peut y avoir plus d’un caractère parlant ». Le délinquant se serait-il évadé du zoo où la police l’a enfermé ou est-ce l’annonce de l’arrivée d’autres personnages ?

Voix de Wallace depuis le début, Peter Sallis est décédé en 2017, à l’âge de 96 ans. Si l’on ne sait pas qui reprendra le flambeau du doublage, l’équipe promet un hommage. Pour les 30 ans de Wallace & Gromit, l’équipe Aardman continue de façonner l’avenir de son duo comique fétiche. Les poules de Chicken Run ont de quoi être jalouses !

Publié le 11 juin 2019
Contenus associés