Actualité

Joaquin Phoenix reçoit un prix pour l’ensemble de sa carrière et le dédie à son défunt frère

Après la Mostra de Venise, Joaquin Phoenix vient de recevoir, au TIFF, son premier prix pour son entière filmographie. Pour la première fois, il évoque son frère cadet River Phoenix, mort à 23 ans, et s’épanche sur sa relation avec l’actrice Rooney Mara.

En ce moment, tous les projecteurs sont braqués sur lui. Joaquin Phoenix peut être rassuré, sa folle perte de poids de 23,5 kilos, un régime draconien à base de pommes, a porté ses fruits. Beaucoup s’inquiétait de son visage creusé lors de ses apparitions aux festivals de Toronto et de Deauville, l’année passée. Ce n’était qu’un pas de plus dans la peau du disjoncté Arthur Fleck, l’antagoniste de Batman. Tout comme le développement d’un éclat de rire particulier, « douloureux » selon les mots de l’acteur, qui a nécessité maints essais. Verdict ?

Sa performance en Joker est saluée lors d’une première projection, à la 76e Mostra, ovationnée pendant huit minutes. Les retours positifs pleuvent sur les réseaux. Dans l’ombre de ses brillants prédécesseurs (Jack Nicholson et Heath Ledger, Jared Leto est à oublier), Phoenix s’affirme. N’hésitant pas à montrer son admiration : « Le Joker de Heath ? Il n'a pas d'égal. Je vais honorer sa mémoire. Sur le tournage, c'était comme s'il était à mes côtés. Je t'aime Heath, mon ami et mon frère. Tu me manques ». Sans surprise, le clown triste écrase la concurrence et triomphe à Venise. Il est couronné du Lion d’Or pour le film de Todd Philipps.

Joaquin Phoenix reçoit un prix pour l’ensemble de sa carrière et le dédie à son défunt frère

Auréolé à travers le monde, roi de Toronto

Alors que Todd Philipps confirme qu’il n’y aura pas de rencontre avec l’homme chauve-souris incarné par Robert Pattinson, Joaquin Phoenix est acclamé au Festival International du Film de Toronto. Pour cette édition, le TIFF, son acronyme anglophone, récompense deux prestigieux acteurs, Meryl Streep et lui, pour l’ensemble de leur carrière. Lundi soir au Fairmont Royal York Hotel, Willem Dafoe (American Psycho, Spider-man, At the Eternity’s Gate) s’est chargé de sa tribune. Ravi, Phoenix n’a pas pu s’empêcher de rejoindre son confrère avant de prononcer un joli discours de remerciement. Et il ne manque pas de sarcasme : « Je ne sais pas qui a décidé de me décerner ce trophée ni pourquoi. En fait, je m’en fous. Mon agent m’a dit que quelqu’un voulait me donner un prix, j’ai dit : AMEN ».

Trois nominations aux Oscars, quatre aux Golden Globes, prix du Meilleur Acteur aux Golden Globes pour Walk The Line et Prix d’interprétation au festival de Cannes pour A Beautiful Day. Et pourtant, il n’avait jamais gagné un prix qui l’avait autant ému devant une assemblée. « Je me sens submergé par l'émotion, parce que je ne pense qu'à toutes les personnes qui ont eu une influence si profonde sur moi » a déclaré Phoenix avec une voix déraillante.

Joaquin Phoenix reçoit un prix pour l’ensemble de sa carrière et le dédie à son défunt frère

La plaie béante du Joker et ses pansements

L’acteur de Gladiator et Her a longuement parlé de son défunt frère : « Quand j'avais 15 ou 16 ans, mon frère River est rentré du travail avec une copie VHS d'un film intitulé Raging Bull. Il m'a fait asseoir et me l'a fait regarder. Et le lendemain, il m'a réveillé et il me l’a fait regarder à nouveau. Il a dit : « Tu vas recommencer à jouer, c'est ce que tu vas faire » » a-t-il commencé. Sans lui, rien n’aurait été possible : « Il ne me l'a pas demandé, il me l’a imposé. Et je lui suis redevable pour cela parce qu’être acteur m’a donné une vie incroyable ». River Phoenix, lui-même comédien nommé aux Oscars et meilleur ami de Keanu Reeves, est décédé d’une overdose en 1993. Rares sont les confidences de Joaquin Phoenix à propos de son frère cadet, un point sensible.

En référence à sa compagne Rooney Mara, qui a tourné dans Millenium (The Girl with the Dragon Tattoo en titre original), il adresse un tendre message : « Une dernière chose. Quelque part ici, je ne sais où, il y a un sale dragon. Je veux lui arracher ses ailes pour m’en faire une couverture et dormir avec elle pour toujours ». Un bel hommage et peut-être le début d’une multitude d’autres, vu l’exaltation internationale autour du Joker, en salles françaises le 9 octobre. Une ligne droite prise à vitesse éclair, direction les Oscars ? La question brûle les lèvres mais rien n’est joué. Le long-métrage, annoncé comme violent, dérangerait les USA avec une scène de fusillade que l’Académie ne voudrait pas donner l’impression d’encenser.

Publié le 11 septembre 2019
110 vues de l'article
Contenus associés