Actualité

Fast and Furious : Hobbs & Shaw est une affaire de famille qui roule [CRITIQUE]

Virage serré vers les spin-offs pour la franchise milliardaire Fast and Furious ! Dwayne Johnson et Jason Statham embrayent les moteurs pour aller mettre une raclée à Idris Elba.

Le temps d’un tour de circuit en périphérie de leur histoire commune, Dom, Letty, Mia et Tej éteignent leurs phares. Dans ce nouvel opus, l’attention et la tension sont portées sur Deckhard Shaw (Jason Statham) et Luke Hobbs (Dwayne Johnson). Le premier, un espion destitué, apparaît pour la première fois dans Fast & Furious 6 tandis que le second, un agent fédéral du service diplomatique des États-Unis, campe son rôle de soutien à la « Fast Family » depuis le cinquième volet. Pas vraiment Starky et Hutch, le duo est habitué aux étincelles, des piques lancées qui s’enveniment et se transforment en échange de coups de poings. Pourtant, ces brutes apparentes vont devoir coopérer. Doublé par de mystérieux voleurs, le MI6 rate une opération de récupération d’un virus capable de décimer la moitié de la population mondiale : le « flocon de neige ». L’équipe d’agents secrets est abattue mais la dégourdie Hattie (Vanessa Kirby) parvient à s’extraire du massacre. Pour empêcher les bandits de s’emparer de la fiole et pour sauver l’humanité, elle décide de s’injecter la bactérie. Les services secrets partent à la recherche de l’espionne en cavale, accusée de traîtrise. Hobbs et Shaw sont appelés sur le dossier.

Dwayne Johnson et Jason Statham sont les personnages principaux de Fast&Furious: Hobbs & Shaw

Biceps et bitume font bon ménage

Les fans des F&F sont servis. Les conducteurs de bolides broient les accélérateurs, les pneus crissent, il y a du muscle, de la baston en premier plan et quelques jolies filles en arrière-plan. La franchise est renommée pour ses cascades à hauts risques, de la haute voltige qui vaut plusieurs blessés et quelques cascadeurs morts sur les tournages. Ce spin-off ne démord pas à la règle. Sur son deux-roues high-tech, un motard s’allonge et passe au ralenti entre les deux énormes rouleaux compresseurs vrombissants du camion. La périlleuse manœuvre donne le frisson autant qu’un petit sourire sceptique. Comme à son habitude, les scènes d’action sont d’une agitation extrême. L’agent Hattie est infectée et risque de mourir, un prétexte pour une nouvelle course contre la montre avec la récolte d’un antidote comme ligne d’arrivée. Une idée de départ qui justifie le rythme trépidant du film. Chris Morgan, scénariste de la saga depuis Tokyo Drift, est épaulé par David Leitch, ancien cascadeur (doublure de Brad Pitt dans Mr & Mrs Smith) et réalisateur (John Wick, Atomic Blond et Deadpool 2). Le binôme annonçait un épisode « surprenant » mais force est de constater qu’il reprend le diesel des précédents en y ajoutant simplement un zeste de futurisme.

Vanessa Kirby incarne l'agent du MI6 Hattie Shaw dans Fast and Furious: Hobbs & Shaw

Tout oppose les protagonistes comme le démontre ce split-screen en ouverture. L’écran, scindé en deux, présente en parallèle la vie des deux hommes. Hobbs est à Los Angeles, Shaw à Londres. Leur seule similitude est d’aimer les œufs au plat pour le petit-déjeuner. Ça promet ! Leur relation tendue est le cœur de cette comédie d’action. Les deux acteurs principaux, également producteurs, enchaînent les vannes et les joutes verbales sont croustillantes. La nouveauté est cet éclairage braqué sur deux membres de l’équipe, une mise en exergue qui creuse leurs origines. Luke Hobbs et Deckhard Shaw dévoilent leurs vécus, leurs actes manqués. Retour au bercail avec ce voyage dans les magnifiques îles Samoa, un réel hommage aux ancêtres de Dwayne Johnson qui entonne le siva tau. Idris Elba s’annonce à la caméra comme « le méchant » et incarne Brixton, un humain génétiquement augmenté à la Terminator. Avec l’organisation scientifique Eteon, il veut tuer pour « sauver la Terre de la surpopulation ». Un trio de costauds !

Deckhard Shaw (Jason Statham) dans Fast and Furious: Hobbs and Shaw

La cool-attitude des hors-la-loi

Fast and Furious est aussi un déballement d’excès kitschissimes dont on ne peut s’empêcher de rire. Les hommes de main d’Eteon descendent un gratte-ciel en marchant verticalement sur les parois à l’aide d’une corde. Hobbs maintient à mains nues une chaîne reliée à un hélicoptère en plein vol et un gros plan d’une grande discrétion indique le modèle du véhicule de Shaw: Maclaren 720S. Les flash-backs du frère et de la sœur Shaw enfants font franchement sourire avec le générique des Experts en fond sonore tout comme les apparitions d’Helen Mirren, Ryan Reynolds et Kevin Hart. Toutefois, certaines incohérences restent en travers de la gorge. Hattie a 42 heures avant que le virus ne s’enclenche. En un temps si restreint, a-t-elle réellement le temps de fuir Londres pour Moscou puis faire un détour à Chernobyl avant de décoller pour quelques jours sur les îles Samoa ?

Un blockbuster ultra jouissif, boosté à la testostérone pour les friands d’action 100% castagne et d’un humour ras des pâquerettes. Mais Fast and Furious ne prétend pas à autre chose et c’est ce que les fans aiment. Jason Statham évoque déjà un possible Hobbs & Shaw 2

Scène d'action du film Fast and Furious Hobbs and Shaw
Publié le 1 août 2019
136 vues de l'article
Contenus associés