Actualité

Brian De Palma s’exprime sur son prochain film d’horreur sur Harvey Weinstein

Le doigt sur la gâchette, le prestigieux réalisateur s’exprime sur sa nouvelle cible de choix. Dans son viseur, Harvey Weinstein finira sûrement criblé de balles façon Scarface. Brian De Palma est décidé à mettre un pied dans la fourmilière hollywoodienne et s’exprime sur son projet horrifique.

En pleine promotion de son livre co-écrit avec sa femme Les serpents sont-ils nécessaires ?, Brian de Palma crée la surprise en dévoilant un de ses futurs projets : un film sur Harvey Weinstein mais, pour coller au monstre, un film d’horreur. En partant de l’indubitable constat qu’Hollywood s’enfonce dans des sables mouvants, il révèle au Parisien : « Je suis en train d'écrire un film sur ce scandale dont je discute actuellement avec un producteur français. Mon personnage ne s'appellera pas Harvey Weinstein. Mais ce sera un film d'horreur, avec un agresseur sexuel, et cela se passera dans l'industrie du cinéma ».

Son titre ? Simple et percutant : Prédateur comme l’annonçait sur son Twitter, déjà en juin 2018, le producteur Saïd Ben Saïd, photo de la couverture du scénario à l’appui. Alors que le documentaire L’intouchable Weinstein réunit un million d’américains devant la BBC, le réalisateur de Blow Out et Carrie en révèle plus sur son long-métrage.

De premiers éclairages sur ce film

Brian De Palma a fait son grand retour, cet été, avec le décevant Domino, dans lequel est présent Nikolaj Coster-Waldau de Game of Thrones, six ans après le caliente Passion et son duo lesbien formé par Rachel McAdams et Noomi Rapace. Son véritable come-back se fera-t-il avec cette œuvre teintée par le mouvement #MeToo ? C’est à la Mostra de Venise, à la suite de sa masterclass, que le cinéaste s’est autorisé une petite mise à jour sur sa nouvelle production, sans en dire trop.

« J'étais au courant de certaines des choses qui se passaient pendant l'ère Harvey Weinstein. [...] J’ai créé un script qui est basé sur certains des cas réels rapportés dans le New York Times » - Brian De Palma à Reuters.

Face aux journalistes de Reuters, il s’exprime sur les accusations polémiques qui ébranlent le monde : « En raison de mes années de travail à Hollywood, et en dehors, j’étais bien conscient des abus envers les femmes qui se produisaient. Quand vous êtes un réalisateur qui dirige tout le temps des femmes, vous êtes très sensible à la façon dont elles sont traitées dans le film que vous tournez ». Il poursuit au sujet de sa création : « J'étais donc au courant de certaines des choses qui se passaient pendant l'ère Harvey Weinstein. C'est une histoire intéressante à raconter, en plus, j'aime la tension dramatique. J’ai créé un script qui est basé sur certains des cas réels rapportés dans le New York Times. Mais c’est un film à suspense basique qui utilise ça comme toile de fond historique ».

Mission Impossible (?) : chasser les porcs de l’industrie

L’homme de 78 ans, à qui l’on doit Phantom of the Paradise et Les Incorruptibles, n’a pas perdu de sa vigueur. Selon lui, l’effervescence #MeToo était une nécessité pour amorcer un changement, pour dénoncer ces comportements malsains : « Ça agaçait des réalisateurs, comme moi et d'autres de mes contemporains, parce qu'en tant que réalisateur, vous êtes toujours en contact avec des acteurs et vous devez susciter leur confiance. Et si vous... Vous les emmenez dîner ou vous abusez d’eux, ça va à l'encontre de ce que vous essayez de faire pour gagner leur confiance afin qu'ils se libèrent quand ils jouent sur vos tournages. C'est totalement fou et les gens qui font ce genre de choses, j'ai toujours pensé que c’était une mauvaise utilisation de leur pouvoir ». On est impatients d’en apprendre plus sur le début du tournage, le casting et autres détails de ce film d’horreur.

Publié le 3 septembre 2019
77 vues de l'article
Contenus associés