• NOTIFICATIONS
    L'ACTIVITÉ DE VOS AMIS
  • MES ABONNEMENTS
    PERSONNES QUE VOUS SUIVEZ
    INVITER DES AMIS

    Connectez-vous avec Facebook
    et retrouvez vos amis !

    Connexion avec Facebook
  • FILMS À VOIR
  • La réalisatrice Lisa Azuelos, à la tête de l'association Ensemble contre la gynophobie, met en ligne en cette Journée de la femme une plate-forme pour rassembler tous contenus vidéo, photo et textes dénonçant la maltraitance faite aux femmes.

    C'est quoi la gynophobie ? Un mot inventé par la réalisatrice Lisa Azuelos (LOL, Comme t'y es belle !), qui s'est inspirée de la racine grecque "gyne" signifiant "femme" et du suffixe "phobie", signifiant "peur", pour former ce néologisme sur le modèle d'"homophobie" ou "xénophobie". Elle l'a créé parce que les mots "féminisme", "misogynie" et "sexisme" ne reflétaient pas, selon elle, toutes les maltraitances faites aux femmes. La page Facebook "No Gynophobie" a été créée et compte déjà plus de 18 000 abonnés.

    >>> Nabilla au cinéma ? "Pourquoi pas ?", répond la réalisatrice Lisa Azuelos (VIDEO)

    En cette journée des droits de la femme, la réalisatrice, à la tête de l'association Ensemble contre la gynophobie, dotée d'un observatoire, met en ligne une plate-forme pour rassembler tous contenus vidéo, photo et textes dénonçant les atteintes faites aux femmes. Son association rassemble pour l'instant des militants venus aussi bien des entreprises que de l'univers artistique et associatif et compte accueillir de nouveaux membres. "En mai prochain, je lancerai aux éditions Stock un livre collectif avec des auteurs, des artistes, des intellectuels que j'aime infiniment comme Samuel Benchetrit, Marie Darrieussecq, Loubna Abidar… Ces personnes parleront de leur vision de la gynophobie", a-t-elle déclaré au journal Metronews.

    >>> Loubna Abidar : César, polémique, agression... L'actrice de Much Loved s'exprime dans Le Petit Journal (VIDEO)


    Lisa Azuelos, en ce moment sur le tournage de son prochain film, un biopic sur la diva Dalida, n'en est pas à son coup d'essai. On se souvient de son court métrage intitulé 14 millions de cris, avec Julie Gayet et Alexandre Astier, dénonçant les mariages forcés et révélé lors de la Journée de la femme il y a deux ans. Avec le soutien de la Fondation Kering, un concours de courts métrages est également ouvert. Le sujet central de ces films doit être la lutte contre les actes "gynophobes". Clôture fin avril, remise des prix lors du prochain festival de Cannes. Renseignements sur le site Gynophobie

    aucun commentaire
    Ma photo de profil

    À lire ensuite

    À LIRE ENSUITE

    5 films pour vous réconcilier avec la philo

    Nouveau ! Regardez les films diffusés à la TV grâce à Molotov
    directement depuis le programme TV et les fiches films.

    Une erreur s'est produite. Veuillez réessayer dans quelques minutes.